Covid-19 : les vaccins par voie nasale seraient plus efficaces pour limiter la contamination

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Close up Hands of Doctor or nurse holding Intranasal vaccine spray bottle for coronavirus or covid-19 pandemic. (lakshmiprasad S via Getty Images)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Des scientifiques français planchent sur un vaccin administré par voie nasale qui s’attaquerait au virus dès son entrée dans les voies respiratoires.

Serait-ce la solution pour enfin stopper l’épidémie de Covid-19 ? Plus de 89% de la population française a reçu un schéma vaccinal complet, selon l’application TousAntiCovid. Malgré cela, les variants du coronavirus continuent de circuler sur le territoire, poussant le gouvernement à prendre de nouvelles mesures restrictives. Des scientifiques planchent actuellement sur une nouvelle méthode de vaccination qui permettrait de s’attaquer au virus dès le moment où celui-ci pénètre les voies respiratoires.

"Les vaccins ARN sont un petit miracle, mais il y a des limites. Ils ne génèrent pas d’immunité locale", explique Éric Tartour, professeur d’immunologie à l’hôpital Georges-Pompidou à Paris à Ouest France. Ainsi, même vacciné, le virus prolifère et on peut continuer de le transmettre.

Trois équipes françaises travaillent sur un vaccin nasal

Les muqueuses nasales ont leur propre système de défense immunitaire : les anticorps IgA et les cellules tueuses de virus. Un vaccin administré par voie nasale pourrait permettre d’apporter suffisamment d’anticorps dans l'organisme, ce qui induirait une immunité locale dans les muqueuses.

Sur les vaccins anti-Covid actuellement en cours de développement, une vingtaine seulement s’appuie sur la méthode par voie nasale. Trois équipes françaises planchent dessus : celle de l’Institut Pasteur de Lille, celle de l’Institut Pasteur et la start-up Theravectys, et celle de l’Université de Tours.

"Si l’on veut arrêter l’épidémie, et c’est un devoir de santé publique, il faudra des vaccins muqueux, affirme pour sa part Éric Tartour, toujours à Ouest France. Tant que les vaccins n’empêchent pas la transmission et donc la diffusion du virus, nous serons sous la menace de nouveaux variants."

VIDÉO - Covid : un hôpital israélien lance la 4e dose de vaccin

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles