Covid-19 : les vaccinodromes ferment les uns après les autres

·1 min de lecture

Assiste-t-on à la fin des vaccinodromes, alors que le cap des 50 millions de Français primo-vaccinés a été franchi ? Celui de Lille, installé depuis 5 mois au Zénith et dans lequel 312.000 doses ont été injectées, a fermé ses portes samedi. Il sera remplacé par un centre redimensionné situé au CHR de la métropole. Celui de l’hippodrome de Marcq-en-Barœul, 250.000 doses injectées, fermera quant à lui ses portes samedi prochain. Le gabarit de ces dispositifs ne correspond plus aux besoins du moment dans le contexte d’une vaccination qui marque le pas.

Des effectifs divisés par quatre

Dans le vaccinodrome de Marcq-en-Barœul, les dernières injections ont lieu avant la fermeture, en fin de semaine. On y trouve des candidats aux vaccins de plus en plus rares et parfois résignés : "On est venus un peu à la dernière minute quand on se sentait vraiment contraints parce qu'on avait le droit de ne plus rien faire. Avec le chantage, on l'a fait", lâche une personne nouvelle vaccinée. "À la base, on était vraiment déterminés à ne pas le faire du tout."

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

La plupart des boxes sont fermés. Il y a ainsi eu 280 piqûres dimanche dernier, quand on en comptait plus de 2.000 par week-end. Le dispositif n'est clairement plus adapté. "Il y avait huit postes de médecins et huit postes d'infirmières piqueurs ou piqueuses. Là, aujourd'hui, on travaille avec deux postes de médecins et deux postes de piqueuses"...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles