Ces pays passés de modèle de lutte contre le Covid-19 à cancre de la vaccination

·6 min de lecture
Photo d'illustration

La Nouvelle-Zélande, l'Australie et le Japon ont été salués pour leur gestion de la crise sanitaire. Leur campagne vaccinale est pour l'instant beaucoup moins réussie.

Certains pays ont particulièrement bien réussi à lutter contre la pandémie de Covid-19, débutée en mars 2020. Des pays érigés en modèle alors que les pays d'Europe et les États-Unis vivaient au rythme des confinements et des décomptes quotidien de centaine de morts.

Parmi ces pays érigés en modèle, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, qui ont réussi à retrouver une vie normale au bout de quelques mois, mais également certains pays d'Asie comme Taiwan ou encore le Japon et la Corée du Sud, où un strict contrôle de la population et des frontières ont été mis en place.

L'Australie, bon élève face au Covid...

Des pays distingués dans plusieurs classements dont dans une étude du Lowy Institute de Sydney, en Australie, qui a établi un classement sur de nombreux critères afin d'évaluer les pays ayant les mieux répondus à cette crise sanitaire mondiale.

Dans la dernière version disponible, qui date du 13 mars dernier, plusieurs pays riches se distinguent comme la Nouvelle-Zélande (2e), Taiwan (3e), l'Australie (9e), la Corée du Sud (21e) et le Japon (49e). Des pays dans lesquels on ne dépasse pas les 150 morts par million d'habitants. À titre de comparaison, l'Allemagne est 55e, la France 71e et le Royaume-Uni 74e, avec plus de 1000 morts par million d'habitants.

... à la traine sur la vaccination

Si ces pays se sont distingués dans la lutte contre le Covid, ils continuent de se distinguer, bien malgré eux, dans leur campagne de vaccination. Ce graphique illustre comment ces pays en pointe dans la lutte contre le covid sont à la traine dans la campagne de vaccination.

Alors que le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France avaient respectivement 55%, 39% et 32% de la population ayant reçu au moins une dose de vaccin, la Corée du Sud et la Nouvelle-Zélande n'ont injecté une dose qu'à 7% de leur population, 4% pour le Japon, tandis que l'Australie n'a injecté que 2,5 millions de doses de vaccins, alors que quelque 50 millions sont nécessaires pour vacciner toute la population

Part de la population ayant reçu au moins une dose de vaccin.
Part de la population ayant reçu au moins une dose de vaccin.

L'Australie avait trop misé sur AstraZeneca

L'Australie avait initialement pour objectif de vacciner la quasi-totalité de ses 26 millions d'habitants d'ici la fin de l'année 2021. Mais la stratégie du pays a été mise à mal par les problèmes autour du vaccin AstraZeneca, obligeant les autorités à abandonner cet objectif.

Le pays avait en effet beaucoup misé sur le vaccin suédo-britannique pour une vaccination massive, avec une commande de 50 millions de doses, suffisamment pour les deux injections requises pour l'ensemble de ses 26 millions d'habitants, qui devaient être fabriquées dans le pays.

Des manifestations anti-vaccins

À l'instar de nombreux pays, l'Australie a finalement décidé de le réserver aux plus de 50 ans en raison des rares cas de thromboses, redéployant le vaccin Pfizer pour les plus jeunes. Avec 12 millions d'habitants de moins de 50 ans, l'Australie a dû passer une nouvelle commande afin de pouvoir vacciner l'ensemble de sa population, retardant la campagne de vaccination.

Avec 910 morts, et 30 000 cas depuis le début de la pandémie, l'importance du vaccin est moindre au sein de la population. Des manifestations anti-vaccination, regroupant des milliers de personnes ont eu lieu en février dernier. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Selon une enquête de l’Australian National University datée de février, près de 22% des Australiens ont déclaré ne pas envisager de se faire vacciner, un chiffre qui a augmenté au cours des mois précédant l'enquête.

Au Japon, des essais supplémentaires pour les vaccins

Au Japon, la vaccination n'avance pas. Avec moins de 5% de la population ayant reçu une dose, la troisième économie mondiale est bloquée par les problèmes d'homologation des vaccins. Pourtant, le pays avait anticipé en commandant l'an dernier suffisamment de vaccins pour l'ensemble de sa population auprès de Pfizer, Moderna et AstraZeneca. 

Sauf que seul le vaccin Pfizer est actuellement autorisé au Japon, car pour tout nouveau produit de santé, dont les vaccins, le pays impose l'obligation de faire des essais cliniques supplémentaires sur son territoire, même si le produit a déjà été validé par des études cliniques réalisées ailleurs dans le monde.

Jeter plutôt que donner à des personnes non-éligibles

Une situation aggravée par des difficultés d'approvisionnement, le vaccin Pfizer étant demandé par de nombreux pays. Enfin, seuls les médecins et infirmières peuvent injecter le produit, ce qui se traduit par un manque de main d'oeuvre. 

Autre difficulté inattendue, le principe d'équité, très important au Japon au point que "s'il n'y a que 9 000 biens de première nécessité pour 10 000 personnes dans le besoin lors d'une catastrophe naturelle, certaines municipalités ne les fourniront pas", explique à l'AFP Koji Wada, professeur à l'Université internationale de la santé et du bien-être. Si bien que plusieurs doses ont ainsi du être jetées plutôt que d'être injectées. à des personnes non prioritaires, selon des médias locaux.

Un sentiment d'urgence différent dans les pays avec une faible mortalité

Au-delà des particularités locales de chacun de ces pays, un point commun peut expliquer une si lente vaccination : un rapport différent entre les pays au facteur d'urgence. Alors que de nombreux pays européens ont connu un ou plusieurs confinements, la Corée du Sud et Taïwan n'en ont pas connu un seul, et peuvent donc se permettre de vacciner moins rapidement.

" C’est le point fondamental", estime Antoine Bondaz, enseignant à Sciences Po et chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), dans le JDD. Une campagne vaccinale à pas de loup qui impacte ces pays.

L'Australie et le Japon payent leur faible couverture vaccinale

L'Australie, en raison des variants et de la faible couverture vaccinale, ne compte pas rouvrir ses frontières avant fin 2022, tandis que de nombreux médecins japonais réclament l'annulation des Jeux Olympiques de Tokyo, déjà prévus l'an dernier, en raison de la faible couverture vaccinale dans le pays. 

Autre conséquence, les pays où la couverture vaccinale est faible chutent dans le classement Bloomberg des pays où il fait le mieux vivre durant la pandémie. Dans la dernière édition publiée le 26 avril, Singapour, avec 19,4% de population vaccinée, ravit la première place à la Nouvelle-Zélande, qui n'a vacciné que 1,9% de sa population. Idem avec Israël, dont les 57,4% de population vacciné leur permet de prendre la quatrième place à Taiwan qui n'a vacciné que 0,1% de sa population.

Ce contenu peut également vous intéresser :