Covid-19 : vaccination, nouveaux cas, restrictions... où en sont les États-Unis ?

Maxime Poul
·5 min de lecture
NEW YORK, USA - MARCH 25: People are seen by the Wall Street Station during COVID-19 pandemic in New York City, United States on March 25, 2021. (Photo by Tayfun Coskun/Anadolu Agency via Getty Images)

Aux États-Unis, la vaccination contre le Covid-19 bat son plein avec plus de la moitié des adultes qui ont déjà reçu au moins une dose de vaccin mais pourtant, cela n'empêche pas le nombre de nouveaux cas d'augmenter. Explications.

Cela ne fait aucun doute, les États-Unis font partie des pays qui gèrent le mieux leur campagne de vaccination contre le Covid-19. Plus de 50% des personnes de plus de 18 ans ont reçu au moins une dose d'un vaccin contre la maladie, soit plus de 131 millions de personnes. 32,5% des adultes sont même entièrement vaccinés et quasiment deux tiers des plus de 65 ans. 

Contrairement à l'Union Européenne, le pays a suffisamment de stocks de vaccins pour vacciner toute sa population, malgré la récente suspension du vaccin Johnson & Johnson pour des cas de thrombose. En plus d'avoir mis d'importants moyens financiers dans la vaccination, les États-Unis ont fait preuve d'une organisation impressionnante qui leur permet de vacciner plus de 3 millions d'Américains chaque jour. Depuis ce lundi 19 avril, la vaccination est d'ailleurs ouverte à tous les Américains de plus de 16 ans, alors que l'objectif initial était fixé au 1er mai. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une augmentation de 8% des nouveaux cas

Mais pourtant, la première puissance mondiale est encore loin d'avoir gagné sa bataille contre le SARS-CoV-2. Ces deux dernières semaines, le nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19 a augmenté de 8% dans le pays, en passant de 62 000 à 67 000 nouveaux cas par jour (moyenne lissée sur 7 jours). À New York, le nombre de nouveaux cas reste élevé mais a diminué de 30% sur cette même période, tandis qu'il a augmenté de 23% en Floride. 

Il faut dire que le "Sunshine State" a été le théâtre des traditionnels "spring break" il y a quelques semaines, ces fêtes de début de printemps où des milliers de jeunes américains se retrouvent sur les plages. Si des mesures drastiques tel qu'un couvre-feu avaient été mises en place pour limiter les risques de propagation, elles n'ont pas été respectées, tout comme les gestes barrières, obligeant les forces de l'ordre à intervenir.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les Américains relâchent leur vigilance

Comme la vaccination va très vite dans le pays, les Américains ont tendance à relâcher leur vigilance et à être moins respectueux des gestes barrières. C'est le constat que font de nombreux observateurs ainsi que la gouverneure démocrate du Michigan Gretchen Whitmer, qui reconnaît que les gens sont probablement fatigués de toutes ces mesures sanitaires. Le Michigan est d'ailleurs l'État américain le plus frappé par le Covid-19 actuellement, avec parfois plus de 9 000 cas quotidiens malgré une vaccination importante.

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : les États-Unis sont-ils devenus un modèle de la lutte contre le virus ?

C'est pourquoi Gretchen Whitmer demande une accélération de la distribution des vaccins aux autorités sanitaires, ce qu'elles refusent. Ces dernières répondent qu'il faut 6 semaines pour que les effets de la vaccinations soient apparents et que la meilleure des solutions est d'adopter les mesures qui ont été efficaces par le passé à savoir la fermeture des écoles, comme l'explique Lionel Gendron, correspondant pour RTL aux États-Unis, dans un podcast sur la situation épidémique du pays. 

La vie normale reprend son cours

La gouverneure démocrate a donc appelé la population à plus de responsabilités notamment lors des dîners entre amis ou des sorties au restaurant. Car oui, aux États-Unis, il est possible de sortir au restaurant (même en intérieur) ou même d'aller au cinéma depuis quelques semaines. C'est là toute la difficulté de parvenir à faire respecter les gestes barrières dans un pays où la vaccination avance très rapidement et la vie normale reprend peu à peu son cours. En Californie, l'État le plus touché par le coronavirus, le gouverneur a même décidé de rouvrir les grand parcs d'attraction ou du public dans les stades avec des jauges limitées. 

Il semble donc désormais compliqué pour les États-Unis de tout refermer à nouveau, c'est pourquoi le salut devra sans doute venir de la vaccination. Si elle avance à grands pas, des soucis se posent encore pour les autorités sanitaires américaines, qui doivent faire face à un grand nombre de sceptiques, notamment du côté de partisans républicains. Selon les sondages, plus d'un tiers des républicains y seraient opposés contre 12% des démocrates. C'est d'ailleurs dans les États où les démocrates sont majoritaires que le taux de vaccination est le plus élevé, comme le montre cette carte interactive du New York Times

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Si la vaccination avance à vitesse grand V, les États-Unis n'en ont pas encore fini avec l'épidémie et se trouvent même à une période charnière. Les autorités sanitaires doivent maintenant inciter une grande partie de la population à se faire vacciner pour atteindre l'immunité collective, à un moment où les mesures sont de plus en plus souples et les gestes barrières de moins en moins présents.

Ce contenu peut également vous intéresser :