Covid-19 : la vaccination des enseignants dans le monde

Anne-Sophie MOREL avec les bureaux de l'AFP
·4 min de lecture
Différentes politiques sur la vaccination des enseignants selon les pays

La France, la Norvège ou encore le Pérou n'ont pas accordé aux enseignants la priorité de la vaccination contre le Covid-19, privilégiant les critères de santé aux critères professionnels.

Mais d'autres pays comme l'Italie, le Portugal ou les Etats-Unis ont donné leur feu vert.

Mi-décembre, la directrice du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), Henrietta Fore avait recommandé de vacciner les enseignants en priorité.

- En France -

La France n'a pas choisi d'accorder une priorité à ses quelque 900.000 enseignants. La vaccination contre le Covid est réservé aux plus de 75 ans, aux professionnels de santé et aux deux millions de personnes de 50 à 64 ans atteintes d'une comorbidité (diabète, hypertension, antécédents de cancer...), et aux 65-75 ans présentant ces pathologies.

Depuis plusieurs semaines, des voix d'enseignants s'élèvent pour être vaccinés prioritairement car ils estiment être en première ligne face aux élèves, aux toux et nez qui coulent des plus jeunes.

Début janvier, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer avait dit souhaiter que les professeurs puissent être vaccinés "au mois de mars au plus tard". Puis il avait évoqué "avril", avant que le gouvernement n'explique que les enseignants n'auraient aucune priorité.

- En Espagne -

Les enseignants du premier et du second degré ont commencé à se faire vacciner fin février mais font partie de la deuxième vague de vaccination, après la priorité donnée aux soignants.

Depuis la rentrée de septembre, l'Espagne n'a pas refermé ses écoles, notamment en raison de l'absence prolongée des élèves lors de la première vague, éloignés des classes de mars à septembre.

- En Norvège, Finlande et Suède -

Ces trois pays d'Europe du Nord n'ont pas donné de priorité de vaccination pour leurs enseignants ou professeurs.

- En Bolivie -

Un calendrier très général a été défini en Bolivie mais dans un scénario de pénurie des vaccins. Jusqu'à présent, il n'y a pas de priorisation concernant les enseignants.

- Au Pérou -

Dans ce pays, qui fait face à une pénurie de vaccins, les injections ont commencé le 9 février et sont effectuées auprès des agents de santé de première ligne, du personnel militaire et policier, et depuis le 5 mars, des personnes de plus de 80 ans.

Le Pérou n'a pas prévu d'inclure les enseignants dans cette première phase de vaccination, bien qu'il y ait un débat ouvert. La raison de l'exclusion: les cours ne se font pas en présentiel, en raison du taux élevé d'infections.

- En revanche, en Italie -

Les personnes enseignants font partie des catégories prioritaires (avec les soignants et personnels paramédicaux, l’armée, les pensionnaires d'établissements pour personnes âgées, et les plus de 80 ans).

532.050 enseignants et personnels scolaires avaient reçu au moins une dose de vaccin vendredi, sur 6,2 millions de doses administrées dans le pays toutes catégories confondues, selon le ministère de la Santé.

- En Allemagne -

En Allemagne, où l'enseignement est du ressort des Etats régionaux, le ministre de la Santé et ses collègues des Länder se sont mis d'accord pour que les enseignants des écoles primaires soient prioritaires dans la vaccination. Dans le Land de Meckembourg-Poméranie antérieure, la vaccination des enseignants a débuté. En Basse-Saxe, les autorités sanitaires ont donné leur feu vert pour que la vaccination des enseignants du premier degré débute.

En Bavière, cela devrait être en avril. En Rhénanie du nord-Westphalie, Etat régional le plus peuplé, les enseignants doivent encore patienter.

- Au Portugal -

Au Portugal, les enseignants et le personnel travaillant dans les écoles ont été inclus mercredi dans la liste prioritaire dévoilée par les autorités sanitaires. Pour l'instant, cette vaccination n'a pas débuté. Les modalités n'ont pas encore été dévoilées, mais d'après certains journaux vendredi, elle commencera avant la fin du mois par le personnel des crèches et des écoles primaires, qui rouvrent lundi.

- Aux Etats-Unis -

Aux Etats-Unis, où chaque Etat gère lui-même sa campagne de vaccination, les enseignants font bien partie des personnes prioritaires, après le personnel soignant et les maisons de retraite.

La semaine dernière, le président Joe Biden a expliqué que 30 états américains avaient déjà lancé la vaccination des enseignants et a invité les autres états à en faire de même. Il a par ailleurs dit souhaiter que tous les éducateurs, enseignants, professeurs reçoivent au moins une dose de vaccin d'ici fin mars.

- Au Chili -

Le Chili a commencé mi-février à vacciner ses enseignants dans le but de rouvrir les écoles au début de l'année scolaire le 1er mars.

513.621 professeurs, assistants, éducateurs de maternelle, personnels administratifs de l'éducation, directeurs d'établissements et employés des cantines doivent recevoir le vaccin.

Les écoles chiliennes étaient restées fermées une bonne partie de l'année scolaire précédente en raison de la pandémie.

bur-asm/lbx/mpm