Covid-19 : le vaccin Pfizer/BioNTech approuvé pour les adolescents en Europe

·3 min de lecture

Feu vert pour la vaccination des adolescents au sein de l'Union Européenne. Le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer et BioNTech pourra être utilisé sur les 12-15 ans, a annoncé, vendredi, l'Agence européenne des médicaments.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé, vendredi 28 mai, la vaccination des adolescents de 12 à 15 ans avec le vaccin anti-Covid de Pfizer et BioNTech. Ce sera le premier vaccin à être autorisé pour les adolescents au sein des 27 pays de l'Union européenne.

"Comme prévu, le comité des médicaments à usage humain de l'EMA a approuvé aujourd'hui l'utilisation du vaccin de Pfizer-BioNTech pour les adolescents de 12 à 15 ans", a déclaré lors d'une conférence de presse Marco Cavaleri, responsable de la stratégie vaccinale de l'EMA, selon qui le vaccin est "bien toléré" par les jeunes et il n'y a "pas d'inquiétudes majeures" concernant d'éventuels effets secondaires. Le Comirnaty, nom commercial du vaccin développé par le laboratoire américain Pfizer et l'allemand BioNTech, n'était pour l'instant autorisé qu'à partir de 16 ans dans l'UE et les trois autres vaccins validés par l'Agence européenne des médicaments ceux d'AstraZeneca, de Janssen, filiale de Johnson & Johnson, et de Moderna, sont à l'heure actuelle réservés aux adultes, voire seulement à certaines catégories les plus âgées.

Évaluation accélérée

L'EMA, basée à Amsterdam, avait début mai lancé une évaluation accélérée des données transmises par les développeurs de vaccins pour son autorisation aux 12-15 ans, après la demande d'autorisation déposée fin avril par le géant pharmaceutique américain Pfizer et le laboratoire allemand BioNTech pour cette tranche d'âge dans l'UE.

Les deux entreprises avaient basé leur demande sur les données d'une étude clinique de phase 3, publiées fin mars, montrant "une efficacité de 100 %" du vaccin dans cette tranche d'âge, lequel a également été "bien toléré en général".

La société de biotechnologie américaine Moderna a également annoncé cette semaine que son vaccin, utilisant la même technologie ARN que Pfizer/BioNTec, était "hautement efficace" chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans, selon les résultats complets d'essais cliniques.

Le patron de Moderna, Stéphane Bancel, a annoncé au Journal du dimanche que sa société allait déposer "début juin" une demande d'autorisation de mise sur le marché dans l'Union européenne.

Les adolescents bientôt vaccinés ?

En France, le président du conseil d'orientation sur la stratégie vaccinale, Alain Fischer, avait appelé la semaine dernière, à débuter "courant juin" la vaccination des adolescents âgés de 16 à 18 ans, puis celle des 12-15 ans à la rentrée scolaire.

"Il y a un travail qui est mené actuellement au sein du gouvernement", a commenté, vendredi, le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, sur Franceinfo, précisant que des annonces pourraient être faites prochainement.

>> Covid-19 en France : "Il faut se méfier de ce variant indien"

L'Allemagne avait annoncé, jeudi, son intention d'ouvrir dès le 7 juin la vaccination aux mineurs de plus de 12 ans, sous réserve de l'autorisation du régulateur européen.

Le Japon a également donné son feu vert à l'utilisation du vaccin de Pfizer/BioNTech pour les personnes âgées de 12 ans et plus, a indiqué, vendredi, un responsable du ministère de la Santé.

Aux États-Unis, les régulateurs américains ont déjà autorisé début mai l'utilisation du vaccin de Pfizer et BioNTech chez les enfants dès 12 ans.

De très rares cas de myocardites, une inflammation du muscle cardiaque, chez des adolescents ou des jeunes adultes vaccinés ont été rapportés la semaine dernière par les autorités sanitaires américaines, sans que le lien avec la vaccination n'ait été établi pour le moment.

Avec Reuters et AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles