Covid-19: le vaccin franco-autrichien de Valneva entame ses derniers tests en Nouvelle-Zélande

·1 min de lecture

La Nouvelle-Zélande continue les tests du vaccin franco-autrichien de Valneva sur des patients de 56 ans et plus. Loin des polémiques antivax, la Nouvelle-Zélande accueille ces tests à virus désactivé avec enthousiasme pour mieux lutter face à cette pandémie et son variant Delta qui ont obligé le pays à se reconfiner jusqu’au mardi 31 août.

Avec notre correspondant à Nelson, Richard Tindiller

Dans la clinique Southern Tasman de Nelson, une centaine de patients reçoivent aujourd'hui leur deuxième injection du VLA2001. Le vaccin anti-Covid-19 du laboratoire Valneva, désormais en phase finale de ses essais, est testé dans une dizaine de cliniques à travers la Nouvelle-Zélande.

Pour Karen, qui participe à ces tests, sa démarche doit avant tout aider la science : « J'ai pensé que c'était une chose super à faire. En plein milieu d'une pandémie, d'essayer un vaccin qui pourrait aider à contrôler ou contenir, ou même avec un peu d'espoir, mener à une complète éradication peut-être ! »

Testé sur plus de 4 000 personnes en Europe, le vaccin franco-autrichien a dû délocaliser ces tests hors du Vieux Continent, où 70% des adultes sont désormais immunisés contre le coronavirus.

Pour le directeur de la clinique, Tristan Riley, les bonnes conditions de la Nouvelle-Zélande face à la crise sanitaire favorisent ce genre d'essais : « Pour que les tests de vaccins soient un succès, nous avons besoin de personnes qui n'ont pas encore été contaminées par le virus, mais aussi qui n'ont pas encore été vaccinées. Et la Nouvelle-Zélande remplit ces deux critères. »

Car avec seulement 20% de sa population vaccinée et un peu plus de 3 500 cas depuis le début de la pandémie, la Nouvelle-Zélande est peu touchée par le Covid-19. Et ce, malgré la récente arrivée du variant Delta sur son sol. Si les tests sont concluants, les autorités sanitaires pourraient commander les premières doses de ce vaccin de Valneva d'ici la fin de l'année.

► À écouter aussi : Vaccin contre le Covid-19: «Le rappel va sans doute concerner tout le monde»

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles