Covid-19 : les vacances scolaires vont-elles être avancées pour ralentir l’épidémie ?

Valérie Pécresse propose d’avancer de deux semaines les vacances de printemps. Cela part d’un constat sans appel de la présidente de la région Île-de-France : une très forte alerte dans les écoles, des maires débordés par des cas qui se multiplient et des classes qui doivent fermer. En plus, on ne pourra pas partir en vacances, donc autant en profiter pour prendre cette mesure, ce sont ses arguments. Que répond l’exécutif ? Il n’y a pas à ce stade de décisions prises en ce sens, explique Matignon. "Sauver la face" politiquement Mais dans les coulisses, une partie de l’exécutif n’exclut pas du tout de devoir avancer de quinze jours ces vacances si cela permet de freiner l’épidémie. Certains ministres jugent même "extrêmement intéressante" la proposition de Valérie Pécresse. "Politiquement, cela nous permettrait de sauver la face, symboliquement, ce n’est pas la même chose d’avancer les vacances que de fermer massivement les écoles", ajoute un conseiller de l’exécutif. Avancer les vacances de quinze jours les ferait commencer, en Île-de-France, le 2 avril.