Véran déplore l'"effet d'annonce" de Wauquiez sur une campagne massive de tests dans sa région

·2 min de lecture

Le ministre de la Santé a qualifié mardi "d’effet d’annonce" la décision du président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes de proposer une campagne massive de tests gratuits avant Noël. 

Le ministre de la Santé Olivier Véran a qualifié mardi "d’effet d’annonce" la décision du président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez de proposer une campagne massive de tests gratuits aux huits millions d’habitants de son territoire avant Noël.

Ni le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS), ni le préfet "n’ont été informés, ni (mis) au courant", a affirmé Olivier Véran sur BFM-TV. "Ce qui est important ce n’est pas de tester les gens, c’est d’être sûr qu’une fois testés, on est capable de les mettre à l’abri pour les éviter les contaminations".

Wauquiez juge que "les campagnes de dépistage actuelles ne sont pas assez importantes"

Lundi, dans un entretien à plusieurs journaux locaux, Laurent Wauquiez a jugé que "les campagnes de dépistage actuelles ne sont pas assez importantes" et a annoncé une "immense opération logistique" de dépistage prévue entre les 16 et 23 décembre dans sa région, précisant qu'une première commande de deux millions de tests avait été passée. Il avait alors affirmé que l'ARS avait été informée de l'opération.

Un pic de 7.000 hospitalisations a été atteint ce week-end en Auvergne-Rhône-Alpes, région la plus touchée du territoire, ce qui a contraint les autorités à organiser plus de 100 transferts de patients vers des hôpitaux d'autres régions depuis le début de cette deuxième vague en octobre. Olivier Véran s'est déplacé lundi à Lyon pour assister au départ par avion de deux malades pour La Rochelle. Vendredi, l'ARS d'Auvergne-Rhône-Alpes avait annoncé le déploiement dans la région de 552.000 tests rapides antigéniques, répartis dans les douze départements, selon leur démographie et en fonction de la situation épidémiologique du territoire.

Lire aussi : Covid-19 :(...)


Lire la suite sur Paris Match