Covid-19: Véran dément une fake news sur une prime de 5000 euros attribuée aux hôpitaux pour chaque décès

Salomé Vincendon
·2 min de lecture
Olivier Véran à l'Assemblée nationale, à Paris le 3 novembre 2020 - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP
Olivier Véran à l'Assemblée nationale, à Paris le 3 novembre 2020 - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

"Tordre le coup à un fake". Le ministre de la Santé Olivier Véran a tenu à répondre mercredi, au cours de la commission d'enquête de l'Assemblée Nationale, à une fausse information circulant sur les réseaux sociaux depuis plusieurs semaines.

"Il y a un fake qui circule, sur Facebook, sur Twitter, qui est beaucoup relayé, qui dit qu'on donnerait 5000 euros de prime à un hôpital quand il déclarait un patient décédé du Covid-19", explique-t-il. "C'est évidemment faux".

Cette fausse information avait été remontée par Le Monde fin septembre, et vient de Belgique. Un internaute assurait fin août "de source sûre" - sans la citer - qu'une dame, dont la mère est morte d'un cancer, avait reçu un certificat de décès avec la mention "Covid-19" dessus.

Selon ses informations, les hôpitaux trafiquent les causes des morts car pour chaque mort due au coronavirus, ils toucheraient une prime de 5000 euros de l'Etat. Cela signifierait également que les données fournies par les hôpitaux sur les malades du coronavirus sont complètement fausses.

Une fausse information plusieurs fois démentie

Cette histoire belge avait été démentie fin août par le site DPA Factchecking et l'AFP. Mais elle a continué de circuler, avec des variantes, notamment en France. Début octobre, l'Agence régionale de Santé de Guadeloupe avait par exemple réagi à un message vocal, circulant beaucoup, selon lequel le CHU de Guadeloupe recevait des primes pour les morts du Covid.

"NON les hôpitaux français ne reçoivent pas une prime de 1500 euros lorsqu’ils déclarent une personne décédée du COVID-19. NON les hôpitaux ne font pas de faux certificats de décès. Il s’agit d’une fake news qui a déjà été démenti à plusieurs reprises", écrivait-il sur Twitter.

"C'est presque de la haute trahison "

"Je vais essayer de rester calme, mais je trouve cela insultant, pour les soignants, pour les médecins, pour les équipes, les familles des malades, les malades eux-mêmes... Je trouve ça insultant", a déclaré Olivier Véran mercredi, à la suite de ce démenti.

Il a ensuite souligné que la France était "polluée par des informations de ce type-là". Depuis le début de l'épidémie, de nombreuses fausses informations circulent en effet sur le Covid-19, relativisant sa gravité ou assurant que le virus avait été créé en laboratoire.

"Soyons vraiment vigilant collectivement", a-t-il ajouté. "Je crois qu'à un moment donné il faudrait quand même qu'on ait un travail sur ce sujet, parce qu'en période de crise, épidémique ou d'autre nature, ce genre de diffusion de fausses informations, c'est presque de la haute trahison. Vraiment, je trouve que c'est grave au moment où la nation doit être soudée".

Article original publié sur BFMTV.com