Covid-19 : la Turquie entame un confinement total de trois semaines

·3 min de lecture

À partir de jeudi soir, la Turquie se reconfine jusqu'au 17 mai pour tenter de freiner une nouvelle vague de Covid-19 dans le pays, malgré une vaste campagne de vaccination. Près de 13,3 millions de Turcs ont reçu leur première dose du vaccin chinois CoronaVac.

Les Turcs ont profité de cette dernière journée pour faire le plein de provisions et déserter les grandes villes pour des résidences secondaires sur la côte, avant un confinement strict imposé par la Turquie à partir de jeudi 29 avril dans la soirée.

Le pays se confine pour une période de 17 jours. En vigueur jusqu'au 17 mai au matin, la période de confinement couvre la fête musulmane de trois jours marquant la fin du mois de jeûne du ramadan. Cette mesure a été prise pour endiguer la propagation de l'épidémie de Covid-19, après une explosion du nombre des cas quotidiens.

"Nous devons réduire rapidement le nombre des cas à moins de 5 000 par jour pour ne pas être en retard par rapport à l'Europe qui entame une période de réouverture", avait affirmé le chef de l'État turc, lundi, à l’annonce de ce nouveau confinement.

La Turquie a atteint des pics à plus de 60 000 contaminations par jour depuis début avril, et a enregistré 40 444 nouveaux cas et 341 décès, selon un dernier bilan rendu public mercredi. Le bilan total de la pandémie s'élève désormais à 39 398 décès dans le pays.

Polémique autour des commerces de vente d'alcool

Tous les commerces et entreprises considérés comme non-essentiels seront fermés pendant le confinement. Les magasins vendant de l'alcool n'ont pas été exemptés, ce qui fait polémique sur les réseaux sociaux, les utilisateurs accusant le gouvernement conservateur de Recep Tayyip Erdogan de tenter d'imposer ses valeurs islamiques.

Sauf cas de force majeure, les déplacements entre provinces seront interdits. Les supermarchés, d'habitude ouverts pendant le weekend en dépit d'un couvre-feu déjà en vigueur pendant les deux jours de repos hebdomadaires, seront fermés le dimanche pendant le confinement.

La Turquie avait déjà renforcé les restrictions visant à endiguer la propagation du virus le 13 avril, le premier jour du ramadan, un mois d'habitude propice aux rassemblements familiaux ou entre amis pour le repas de rupture du jeûne le soir. Le pays a ainsi réussi à freiner partiellement la hausse des contaminations, mais le nombre est quand même resté loin de l'objectif annoncé de 5 000 cas quotidiens.

Violation des règles de distanciation sociale lors des congrès de l'AKP

Mais le gouvernement d'Erdogan a été vivement critiqué pour avoir organisé des congrès de masse de son parti dans tout le pays, en violation des règles de distanciation sociale. Les partis d'opposition ont rendu l’AKP responsable de l'augmentation du nombre de cas.

De hauts responsables du gouvernement ont également été vus en train d'assister à des funérailles bondées, alors que de nombreuses entreprises sont restées fermées et que le public a été prié de ne pas assister aux obsèques.

Sur le front de la vaccination, la Turquie, qui compte 83 millions d'habitants, a lancé en janvier une campagne nationale avec le vaccin chinois CoronaVac. À ce jour 13,3 millions de personnes ont reçu la première dose du vaccin et 8,1 millions les deux doses. Le pays a aussi reçu 2,8 millions de doses du vaccin BioNTech-Pfizer et a commencé à les utiliser.

Avec AFP et AP