Covid-19: le tri des malades "ligne rouge absolue" pour Bruno Le Maire

·2 min de lecture

Le tri des malades dans les hôpitaux du fait de l'augmentation des cas de Covid-19 est une "ligne rouge absolue", a estimé mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, sur la radio RCJ.

Le tri des malades dans les hôpitaux du fait de l'augmentation des cas de Covid-19 est une "ligne rouge absolue", a estimé mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, assurant que le gouvernement veut éviter une telle extrémité.

"Nous sommes tous touchés, bouleversés par ce que nous voyons comme témoignages de soignants, de médecins, devant les difficultés qui sont les leurs, devant l'augmentation du nombre de cas en réanimation (...) et nous voulons tout faire pour que leur situation puisse être la plus tenable possible. Il y a une ligne rouge absolue, c'est le tri des malades", a affirmé Bruno Le Maire sur la radio RCJ.

Lire aussi :Passeport sanitaire, le rapport de l'OMS sur l'origine de la pandémie... le point sur le coronavirus"Nous ne voulons certainement pas arriver à un point où les personnels hospitaliers seraient obligés de faire le tri dans les malades", a-t-il insisté.Avec plus de 4.970 malades en réanimation lundi, le pic de la 2e vague de l'épidémie à l'automne a été dépassé en France.

Dans deux tribunes distinctes au Journal du Dimanche et au Monde, des médecins hospitaliers ont alerté sur ce remplissage des services de réanimation, en craignant que cela ne les oblige à trier les patients faute d'un nombre de lits suffisant pour les accueillir tous.

Un éventuel tour de vis supplémentaire

Interrogé sur la stratégie du gouvernement de ne pas avoir reconfiné plus tôt pour éviter une flambée de l'épidémie, le ministre de l'Economie a défendu le "choix" de l'exécutif.

"Ce n'est pas un pari que nous avons fait (...), c'est un choix (...) de préserver les Français le plus longtemps possible, d'éviter des mesures de restrictions sanitaires trop contraignantes", sur l'économie, la situation sociale et le moral(...)


Lire la suite sur Paris Match