Covid-19 : "Très peu probable" que théâtres et cinémas rouvrent le 7 janvier, selon Gabriel Attal

·2 min de lecture

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a affirmé, mercredi, qu'à "ce stade, il semble très peu probable" que les salles de spectacle, les lieux culturels, les théâtres et les cinémas, "puissent rouvrir" le 7 janvier.

Une réouverture le 7 janvier des salles de spectacle et de cinéma en France est "très peu probable", compte tenu du niveau de circulation du coronavirus, a déclaré, mercredi 30 décembre, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Le monde de la culture espérait pouvoir reprendre ses activités dès le 15 décembre, la date avait été annoncée par Emmanuel Macron, mais les conditions fixées à cette réouverture et notamment le nombre de nouveaux cas quotidiens de contamination, ne l'ont pas permis.

Actant le 10 décembre l'impossibilité de procéder à la réouverture des cinémas, des théâtres et des salles de spectacle, le Premier ministre, Jean Castex, avait annoncé que la possibilité de les rouvrir serait réexaminée à partir du 7 janvier. "À ce stade il semble très peu probable effectivement qu'elles puissent rouvrir au 7 janvier", a indiqué Gabriel Attal sur BFM TV.

Les professionnels de la culture "sont en lien permanent avec la ministre (de la Culture) Roselyne Bachelot, qui travaille avec eux, qui échange avec eux pour leur donner le plus de visibilité possible", a-t-il précisé.

De même, a-t-il ajouté, la dynamique actuelle de l'épidémie ne permettrait "évidemment pas", si elle se maintient à ce niveau, la réouverture des restaurants envisagée pour le 20 janvier.

"Quelques points sur lesquels on pourra probablement progresser"

Interrogé sur la réouverture des stations de ski, où les remontées mécaniques sont actuellement fermées, Gabriel Attal a précisé que c'était "pareil" et que "dans l'immédiat, il semble assez peu probable qu'on puisse alléger un grand nombre de contraintes". Pour autant, le porte-parole a promis "quelques points sur lesquels on pourra probablement progresser", notamment sur le télétravail et les étudiants.

Les personnes pour lesquelles le télétravail "ça peut être parfois très difficile" pourraient "revenir éventuellement un jour par semaine travailler physiquement". Quant aux étudiants, dont certains "ont vraiment besoin de pouvoir retourner physiquement à l'université", "peut-être que par petits groupes, on pourra organiser les choses".

Sur la possibilité d'un troisième confinement, le porte-parole a répondu qu'à cette question il avait "toujours pris le parti de ne jamais rien exclure par principe" mais que le gouvernement cherchait "évidemment" à l'éviter avec les mesures prises comme le couvre-feu, son avancement dans certains départements, ou la fermeture de certains lieux.

Avec AFP et Reuters