Covid-19 : la théorie d'une fuite d'un labo chinois jugée peu crédible par l'OMS

·2 min de lecture

Le chef des experts de l'OMS qui enquêtent à Wuhan sur l'origine de la pandémie a semblé écarter jeudi la thèse de la fuite de laboratoire, "excellent scénario" de film selon lui, dans un entretien avec l'AFP.

Le chef des experts de l'OMS qui enquêtent à Wuhan sur l'origine de la pandémie a semblé écarter jeudi la thèse de la fuite de laboratoire, "excellent scénario" de film selon lui, dans un entretien avec l'AFP. Peter Ben Embarek fait partie de la dizaine de chercheurs de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) arrivés le mois dernier en Chine pour enquêter sur l'apparition du Covid-19. L'équipe s'est rendue mercredi à l'Institut de virologie de Wuhan - dans le centre de la Chine -, accusé, notamment par l'ancien président américain Donald Trump, d'avoir laissé s'échapper le virus d'un de ses laboratoires, accidentellement ou non.

Il s'agit jusqu'à présent du site le plus controversé visité par la délégation. "Si nous commençons à suivre et à chasser les fantômes ici et là, nous n'irons jamais nulle part", a estimé M. Ben Embarek joint au téléphone de Pékin. Toutefois, la visite de l'Institut a été "une étape importante [pour] comprendre d'où viennent ces histoires", selon ce spécialiste de la sécurité alimentaire, en poste à Pékin pour l'OMS au début des années 2010.

Des "discussions très franches

L'Institut de virologie de Wuhan dispose depuis 2012 d'un laboratoire de haute sécurité P3 (pour "pathogène de classe 3") qui étudie de nombreux virus, notamment les coronavirus. L'établissement possède également un P4 (pour les pathogènes encore plus dangereux). Un laboratoire à la sécurité davantage encore renforcée, qui peut héberger des souches comme Ebola, et que l'OMS a pu visiter. M. Ben Embarek affirme avoir eu avec ses interlocuteurs chinois des "discussions très franches", utiles "pour comprendre" leur position sur "un certain nombre d'affirmations vues et lues dans les médias".

Avant de rendre son tablier de chef(...)


Lire la suite sur Paris Match