Covid-19 : les tests salivaires autorisés dans les écoles

·2 min de lecture

Des tests salivaires de détection du Covid-19 sur les personnes sans symptômes, mais pas des tests rapides, ont reçu, jeudi 11 février 2021, le feu vert de la Haute autorité de santé (HAS), permettant des dépistages répétés dans les écoles et les universités. Ces tests sur prélèvement salivaires (crachats) seront analysés "en laboratoire ou dans le cadre des plateformes de dépistage organisé", a indiqué la Pr Dominique Le Guludec, présidente du Collège de la Haute Autorité de Santé (HAS). Ce ne sont pas des tests rapides qui donnent des résultats en 40 minutes.

Avec ces tests salivaires, qui affichent des performances satisfaisantes, "nous allons multiplier les opérations collectives de dépistage, notamment en direction des établissements scolaires (...), mais également des universités", avait annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran le 4 février lors d'une conférence de presse aux côtés du Premier ministre, Jean Castex. "Ces tests salivaires étaient déjà autorisé (et remboursés, ndlr) sur des personnes avec symptômes en deuxième intention, c'est-à-dire essentiellement quand le test naso-pharyngé est difficile ou mal toléré", a-t-elle rappelé. "Aujourd'hui, nous les étendons à deux autres indications", "il s'agit juste d’élargir les indications dans lesquelles ils seront remboursés", a-t-elle poursuivi.

>> A lire aussi - En Chine, le test Covid par voie rectale de plus en plus utilisé

La HAS recommande de les étendre "aux personnes contact également en deuxième intention" mais "surtout au dépistage itératif (répété: ndlr) dans des populations ciblées telles que les écoles, les universités, les ehpad, les personnel soignants", a précisé la Pr Dominique Le Guludec. "Leur très bonne acceptabilité et leur bon niveau de performance sont particulièrement adaptés à ce type de dépistage, et en particulier à leur répétition" a-t-elle ajouté. Le recueil de la salive peut se faire directement au laboratoire ou à domicile dans un tube fourni dans un kit de prélèvement, à ne (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : au Royaume-Uni, 10 ans de prison encourus pour mensonges sur ses derniers voyages
Mayotte : les ratés de la France contre l'immigration clandestine
Covid-19 : l’OMS alerte contre "un faux sentiment de sécurité" en Europe
Brexit : les exportateurs du Royaume-Uni souffrent des nouvelles règles, Londres appelée à la rescousse
Confinement en Irlande jusqu’à avril, la troisième vague de Covid-19 “très virulente” !