Covid-19 : pas de suspension du vaccin AstraZeneca, annonce Olivier Véran

·2 min de lecture

Le ministre de la Santé Olivier Véran a exclu, lors de son point hebdomadaire, toute suspension de l’utilisation du vaccin AstraZeneca, après le décès d’une patiente vaccinée au Danemark.

La situation sur le front de l'épidémie de Covid-19 est «tendue et inquiétante», mais elle reste très hétérogène d'une région à l'autre, a déclaré jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran lors de son point hebdomadaire. Le seuil des 4000 malades du Covid-19 en réanimation a été de nouveau dépassé, a-t-il ajouté. C'est une première depuis fin 2020.

Cependant, la situation reste «très hétérogène» d'une région et d'un département à l'autre, trois régions continuant de concentrer les inquiétudes : les Hauts-de-France, l’Ile de France et Provence Alpes Côte d’Azur. «La pression hospitalière va continuer à monter», a également indiqué le ministre, qui a assuré que face à cela, le gouvernement mobilisait au maximum le système de santé. «Si l'épidémie se poursuit à ce niveau et à ce rythme (...), alors nous prendrions toutes les mesures nécessaires» pour freiner les contaminations, a par ailleurs réaffirmé Olivier Véran.

A lire : Covid-19: feu vert européen pour le vaccin de Johnson & Johnson

Pas de suspension de la vaccination avec AstraZeneca

Il n'y a «pas lieu de suspendre» les injections du vaccin anti-Covid d'AstraZeneca en France, contrairement à ce que trois pays ont décidé par précaution le temps de statuer sur d'éventuels effets indésirables. «Le bénéfice apporté par la vaccination est jugé supérieur au risque à ce stade», a-t-il ajouté. Le Danemark, la Norvège et l'Islande ont pris la décision inverse en raison de craintes liées à la formation de caillots sanguins, mais ce risque n'est statistiquement pas plus fort chez les patients vaccinés avec AstraZeneca que chez les autres, a souligné le ministre.

Vers des transferts de patients depuis l’Ile-de-France

Les autorités sanitaires françaises se préparent à(...)


Lire la suite sur Paris Match