Covid-19 : en suspendant le vaccin AstraZeneca, l'Afrique du Sud retarde son plan de vaccination

Jacques Deveaux
·1 min de lecture

Le 1er février, un avion cargo d'Emirates se posait sur le tarmac de l'aéroport Tambo de Johannesburg. A bord, les premières doses du vaccin d'AstraZenecca, en provenance d'Inde. Un million de doses pour commencer, puis 500 000 autres prochainement. Enfin, la campagne de vaccination contre le Covid-19 allait pouvoir commencer autour du 15 février en Afrique du Sud. En premier lieu, le personnel de santé devait être vacciné. Puis la phase 2 de la vaccination concernait les travailleurs essentiels, les personnes de plus de 60 ans et toute la population de plus de 18 ans atteinte de comorbidité, comme le diabète ou le sida. Hélas, le démarrage du programme de vaccination a été suspendu le 7 février après une étude montrant une efficacité "limitée" contre le variant local du virus.

AstraZeneca inefficace ?

Cette étude conjointe, menée par les universités de Wits (Johannesburg) et d'Oxford, vient de démontrer une certaine inefficacité du vaccin d'AstraZeneca à agir contre le variant sud-africain de la maladie. En fait, il n'offre qu'une protection limitée dans les cas de moyenne et de faible contamination. Certes, les essais ont porté sur un échantillon très faible, 2 000 personnes jeunes, ne souffrant d'aucune pathologie. Mais le vaccin n'a eu aucune efficacité contre le variant présent en Afrique du Sud, ont annoncé les responsables de l'étude.

Pour autant, AstraZeneca ne remet pas en doute l'efficacité de son vaccin dans les cas extrêmes. "Nous continuons de penser que (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi