Covid-19 : les surfaces sont-elles ou non contaminantes ?

Au mois de mars 2020, dans les villes françaises, les images d'employés municipaux en tenue de soldat sanitaire désinfectant les rues sont légion. À l'époque, les études s'intéressent à la durée de vie du virus sur les surfaces, et les objets du quotidien sont passés au crible. On apprend ainsi que le Covid-19 peut survivre quatre heures sur les pièces de monnaie, un jour sur une enveloppe ou encore deux à cinq jours sur une poignée de porte. Les Français deviennent alors très précautionneux. "Pas une maladie qui se transmet par la peau" Nous savons aujourd'hui que le risque de contamination par les surfaces a été surestimé. Plusieurs études s'accordent pour dire que le risque est faible, comparé à la contamination par voie aérienne. "On sait très bien maintenant que lorsque l'on va s'asseoir sur un fauteuil qui n'a pas été désinfecté, on ne va pas se contaminer. Ce n'est pas une maladie qui se transmet par la peau", commente le Dr. Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond Poincaré, dans les Hauts-de-Seine. En conclusion, le virus peut bien contaminer par le biais des surfaces, mais il faut une très importante concentration de virus sur la surface pour risquer de tomber malade.