Covid-19 : quelle stratégie de télétravail est la meilleure pour éviter les contaminations ?

·2 min de lecture

De nombreuses entreprises vont passer à des modes "hybrides" de télétravail. Des stratégies qui peuvent sécuriser le lieu de travail en fonction de la circulation du virus et de la vaccination.

La rentrée scolaire marque aussi la fin du télétravail à 100 % pour de nombreux employés, dont certains passeront à un mode "hybride" (du télétravail deux jours par semaine, par exemple). Dans le but de permettre un retour au lieu de travail en toute sécurité, des chercheurs du CNRS et d’Inria ont modélisé les chaines de contamination qui pourraient survenir entre les employés en fonction de la méthode de télétravail choisie. L’étude, publiée le 26 août 2021 dans , montre que le travail hybride peut couper de moitié la probabilité de clusters, tout en permettant un retour au bureau.

Le travail hybride est une bonne option quand le virus ne circule pas trop

En prenant en compte la vitesse de transmission du coronavirus (selon qu'on soit symptomatique, asymptomatique ou superpropagateur) ainsi que le réseau de contacts qui se crée tout au long de la journée dans un lieu de travail ou d’études, les chercheurs ont simulé la propagation du virus dans ces endroits en fonction de différentes stratégies de télétravail. Quand celui-ci n’est pas du tout appliqué et que l’épidémie se propage à un rythme pas trop rapide (avec un nombre de reproductions du virus R à 1,25, équivalent au nombre de reproductions qu’il y avait en France début août 2021), la probabilité d’émergence d’un cluster après un cas d’infection est de 27 % dans un lycée et de 26 % dans un bureau, causant en moyenne 34 infections par cluster.

Cette probabilité baissait significativement avec n’importe quelle stratégie de télétravail. Évidemment, le plus sûr était le télétravail à 100 %. Toutefois, les options hybrides permettaient, elles aussi, de diminuer ce risque. Notamment quand les employés (ou élèves) se relayaient une semaine sur deux, c’est-à-dire que seulement la moitié des employés étaient présents au même moment (moitié A une semaine, moitié B la suivante et ainsi de suite). Cette stratégie permettait de faire chuter la probabilité d’un cluster à 12 % (contre 27 % sans télétravail) et le nombre de p[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles