Covid-19 : ces soignants à bout face à la vague du variant Omicron

·1 min de lecture

Avec la progression de la vague Omicron  du Covid-19, la pression sur les hôpitaux s'accentue de jour en jour. Dans les services de réanimation, on s'attend à une course de fond et les soignants se préparent donc à tenir sur la durée. "On s'attend à vivre des semaines difficiles, notamment jusqu'au mois de mars", explique Julien Carvelli, médecin au service réanimation de la Timone à Marseille . Le médecin craint le pire alors que le variant Omicron ne représente que 20% des contaminations dans la cité phocéenne. "Là, on est en train de vivre la continuité de la vague Delta. La crainte qu'on a, c'est que là-dessus viennent se greffer des cas graves Omicron. Ça va être très compliqué à gérer dans les semaines qui viennent."

>> LIRE AUSSIOmicron : la tension s'intensifie sur les hôpitaux français

Beaucoup de départs de soignants

Cette inquiétude est partagée par Antoine Pons à Strasbourg. Dans son service, l'anesthésiste réanimateur ne peut plus ouvrir de lits, faute de personnel. "Il n'y a plus personne à rappeler. On est à l'os. Le personnel, on le trouve dans les autres services en déprogrammant des patients."

En Île-de-France, où le variant Omicron est majoritaire, le risque principal est une désorganisation des services avec des soignants contaminés. "Je me demande quel va être l'impact de l'épidémie en termes d'arrêts maladie", explique Mehran Monchi, chef du service réanimation à l'hôpital de Melun. "Le moindre arrêt maladie supplémentaire peut aboutir à une s...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles