Covid-19 : Quelle est la situation après deux semaines de reconfinement ? Jean Castex dresse le bilan

·2 min de lecture

Le Premier ministre Jean Castex a dressé le bilan après deux semaines de reconfinement en France et a annoncé le maintien inchangé des règles au moins pour les 15 prochains jours.

Après deux semaines de reconfinement, le Premier ministre Jean Castex a souhaité s’adresser à la presse jeudi pour faire un point sur la situation de la crise sanitaire qui touche la France. Le nouveau bras droit d’Emmanuel Macron a annoncé «le maintien inchangé des règles du confinement au moins pour les 15 prochains jours», estimant que la récente tendance à la baisse du nombre de cas positifs était «fragile» et «à confirmer». «Il serait irresponsable de lever et même d'alléger le dispositif» de confinement pour l'instant, a-t-il ajouté, appelant à la «prudence» en attendant de voir si ces résultats se confirment.

«Le pic du mois d'avril» en nombre d'hospitalisations en raison du coronavirus a été franchi en France, soit au-delà de la barre des 32.000. Nous comptons ces derniers jours une hospitalisation toutes les 30 secondes et une admission en réanimation toutes les 3 minutes», a ajouté le Premier ministre en dressant le tableau de la situation sanitaire: une personne hospitalisée du covid-19 toutes les 30 secondes; une admission en réanimation toutes les 3 minutes; 40% des personnes admises en réanimations ont moins de 65 ans.

Jean Castex a demandé de ne «pas relâcher» mais d'«amplifier» les efforts face au confinement, en appelant au «civisme» pour le respecter. Il a indiqué avoir demandé au ministre de l'Intérieur un renforcement des contrôles, alors que 581.000 ont déjà été pratiqués depuis le 30 octobre, occasionnant «88.455 verbalisations». «Je remercie très sincèrement l'immense majorité des Françaises et des Français qui respectent les règles communes mais nous constatons dans certaines zones ou parties du territoire un respect encore insuffisant de ces règles», a-t-il pointé.

Un allégement des mesures(...)


Lire la suite sur Paris Match