Covid-19 : un sexagénaire n’arrive pas à être payé après avoir vacciné des centaines de personnes

·1 min de lecture

Samy A. un habitant de Colomiers en Haute-Garonne, est engagé dans un bras de fer administratif contre l’Agence régionale de santé (ARS). Comme le relate La Dépêche du Midi, ce sexagénaire estime que les autorités lui doivent la coquette somme de 4.200 euros. En cause : près de 140 heures passées à vacciner plus de 1.000 personnes contre le Covid-19, notamment dans le Tarn-et-Garonne, durant un mois cet été, qui ne lui ont jamais été payées.

Cet attaché de recherche clinique et chirurgien-dentiste de formation a pourtant effectué les démarches dans les règles, assure-t-il. Il aurait postulé pour effectuer des vacations pour vacciner. Sa candidature aurait été retenue, puis il aurait envoyé une copie de son diplôme à l’ARS d’Occitanie avant d’être formé. Problème : il a été diplômé en Algérie (ce qui l’a empêché d’exercer en France), ce qui bloquerait le paiement de son travail. Il aurait reçu un mail en ce sens de la part de l’ARS fin juillet.

>> A lire aussi - Covid-19 : pas de risque à faire le vaccin contre la grippe et la dose de rappel concomitamment

“On me dit que mes vacations suivantes sont annulées et que je ne pourrais plus continuer à vacciner, à cause de mon diplôme étranger. On m'explique également que mes droits sont bloqués”, assure-t-il. “Je n'ai floué personne. Je me suis bien présenté avec mon diplôme algérien. Ça ne posait aucun problème”, ajoute-t-il, assurant ne jamais avoir eu de réponse de la part de l’ARS malgré de nombreux mails envoyés. “On me laisse dans (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Brexit : la France et l’Irlande obtiennent des aides massives de l’UE
Toulouse : la Haute-Garonne lance un “revenu d’existence” pour les jeunes
Crise des sous-marins : Le Drian entendu au Sénat sur les conséquences de l’annulation du “contrat du siècle”
Les consultations de psychologues devraient bien être remboursées par l'Assurance maladie
Gaz, électricité : la hausse des prix va "probablement durer quelques mois", admet Bruno Le Maire

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles