Covid-19. Le secteur immobilier grand perdant de la crise sanitaire

Courrier Expat (Paris)
1 / 2

Covid-19. Le secteur immobilier grand perdant de la crise sanitaire

Parmi les secteurs les plus touchés, l’immobilier ressent déjà les effets de la crise. Acheteurs qui fuient le virus, visites rendues impossibles par les mesures de confinement… Partout dans le monde, les ventes sont au point mort.

La crise sanitaire que le monde entier connaît aujourd’hui sera également économique et sociale. Parmi les nombreux domaines touchés, le secteur immobilier envisage le pire pour les mois à venir et ce, dans beaucoup de pays.

En Espagne, le quotidien espagnol El Periodico parle du secteur immobilier comme l’un des futurs grands perdants de cette crise. Les experts prévoient des chutes dans les ventes à partir de ce mois de mars, qui pourraient atteindre 60 % par rapport à 2019. Alors que l’année 2019 s’était terminée avec des chiffres de vente positifs et que 2017 et 2018 ont été les meilleures années après la crise de 2008, le secteur pourrait connaître à nouveau des mauvais jours. Pour le premier semestre de 2020, les experts attendent des chiffres jamais vus depuis 2009 et 2010. Même si la crise actuelle est nouvelle et inconnue, et qu’il est impossible de prédire le comportement du marché immobilier pour 2020, le journal parle de plusieurs mois de paralysie qui vont affaiblir le secteur.

À lire aussi: Coronavirus. Des expats français installés au Canada craignent d’être bloqués loin de chez eux

À New York, même phénomène. Alors que la ville est à présent confinée comme

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :
Logement. À Berlin, la révolte des locataires
Coronavirus. Des expats français installés au Canada craignent d'être bloqués loin de chez eux
Logement. Singapour ou le casse-tête immobilier
Logement. À Prague, les expats contraints de vivre en banlieue