Covid-19 : ils s'appelaient Giuseppa, Jacqueline, Mohammed, et font partie des 100 000 morts de l'épidémie en France... Voici leur histoire

franceinfo
·1 min de lecture

Derrière ce chiffre vertigineux de 100 000 morts, il y a des parents, grands-parents, frères ou sœurs, emportés par le coronavirus. Leurs proches endeuillés ont confié à franceinfo leurs souvenirs, retraçant les vies de leurs chers disparus.

Jean était médecin à la retraite, il avait 77 ans. Josette était une ancienne commerçante, âgée de 70 ans. Claude, 75 ans, avait travaillé pendant un demi-siècle comme verrier. D'autres étaient maçon, ingénieur, médecin, photographe ou femme de ménage... Ils se prénommaient João, Martine, Osange, Roger, Valérie...

Alors que la France a passé, jeudi 15 avril, le seuil des 100 000 morts depuis le début de l'épidémie de Covid-19, franceinfo dresse le portrait de certaines de ces victimes, à travers les souvenirs de leurs proches, pour ne pas oublier les humains derrière les chiffres. Plus de 150 familles ont répondu à notre appel à témoignages, nous racontant les vies de ces personnes emportées par le coronavirus. 

Mohammed Zarrouki, une "présence chaleureuse", mort en mars 2020 à 77 ans dans le Pas-de-Calais

Pour sa fille, Mohammed Zarrouki était "le phare de la famille". Zahra, l'une de ses six enfants, n'a pas de mots assez doux pour évoquer son père, fauché par le Covid-19 en mars 2020. "Il avait une aura… Une fois qu'on allait le voir, on était heureux. Il avait une présence rassurante, chaleureuse", se remémore-t-elle. Mohammed Zarrouki était un homme de plaisirs simples. Discret, il était attaché à sa routine : ses longues promenades, ses prières quotidiennes et ses visites aux copains. Un homme soigné, soucieux de son apparence : il taillait sa barbe avec précision et choisissait ses chaussures méticuleusement.

Originaire de Taliouine, au Maroc, Mohammed Zarrouki (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

Ce contenu pourrait également vous intéresser :