Covid-19 : la santé mentale des jeunes se détériore

La crise sanitaire et les confinements successifs ont durement touché la santé mentale des adolescents, à l’image d’une jeune fille de 14 ans, hospitalisée à Rouen (Seine-Maritime) pour la deuxième fois en un an. L’adolescente souffre d’anorexie depuis le premier confinement. "C’est à ce moment-là que j’ai vraiment commencé à me restreindre, à faire des régimes. On se retrouve plus seul face à soi-même, on voit moins ses amis, on ne va plus à l’école, on ne fait plus grand-chose", témoigne-t-elle. 50% des jeunes inquiets Chez les adolescents, les idées noires, troubles du comportement et tentatives de suicide sont en recrudescence. Selon un rapport parlementaire publié en décembre, plus de 50% des jeunes s’inquiètent de leur santé mentale. Depuis trente ans, l’association Phare fait de la prévention contre le mal-être. En février dernier, elle a interpellé le Premier ministre, Jean Castex, dans une lettre. "Le confinement, les conditions de vie liées au coronavirus les amènent à être hypersensibles et à se replier sur eux-mêmes", souligne Thérèse Hannier, présidente de l’association.