Covid-19 : "La santé mentale des Français s'est significativement dégradée", selon Olivier Véran

·1 min de lecture

Le ministre de la Santé Olivier Véran a affirmé, jeudi, que "la santé mentale des Français s'[était] significativement dégradée entre fin septembre et début novembre". Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, avait évoqué, mardi, "une augmentation importante des états dépressifs".

Répondez à quelques questions pour participer à Europe Talks et dialoguer avec un autre Européen

Le ministre de la Santé a entamé, jeudi 19 novembre, son point de presse hebdomadaire en évoquant la situation psychologique des Français liée à la pandémie de Covid-19. "La santé mentale des Français s'est significativement dégradée entre fin septembre et début novembre", a déclaré Olivier Véran.

"Une augmentation conséquente des syndromes dépressifs" a été observée ces dernières semaines, "pour tous les profils sociodémographiques", a poursuivi le ministre. "Elle s'avère encore plus marquée pour les personnes déclarant une situation financière difficile, mais aussi pour les 18-24 ans et, enfin, pour les personnes qui déclarent déjà antécédents sur le plan psychiatrique."

>> Seuls et fragiles face au coronavirus (1/3) : "Ne pas oublier ceux qui s'occupent des invisibles"

Olivier Véran confirme des propos qu'avait déjà tenu mardi le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, qui évoquait "une augmentation importante des états dépressifs".

"L'impact psychologique de l'épidémie, du confinement est réel", a poursuivi le ministre de la Santé, qui a parlé aussi d'une "augmentation significative des états anxieux" en France "depuis la fin du mois d'août".

Olivier Véran a rappelé que "les contraintes imposées" aux Français avec le confinement n'étaient "pas anodines et sans conséquences". Il a précisé qu'"à aucun moment le gouvernement [n'avait] négligé cette dimension (psychologique) de la crise sanitaire."