Covid-19 : que sait-on de la nouvelle souche plus infectieuse du coronavirus ?

Emma Hollen, Journaliste scientifique
·2 min de lecture

Le conseiller scientifique du gouvernement britannique, Patrick Vallance, avait indiqué samedi que cette nouvelle variante du Sars-CoV-2, en plus de se propager rapidement, devenait aussi la forme « dominante », ayant entraîné « une très forte hausse » des hospitalisations en décembre. Elle serait apparue mi-septembre à Londres ou dans le Kent (sud-est), selon lui.

« Le groupe consultatif sur les menaces nouvelles et émergentes des virus respiratoires (Nervtag) considère maintenant que cette nouvelle souche peut se propager plus rapidement », a déclaré le médecin-chef de l’Angleterre, Chris Whitty, dans un communiqué.

Le coronavirus circulerait en Europe depuis mars 2019

Cet avis s’appuie sur le constat d’une « augmentation très forte des cas de contamination et des hospitalisations à Londres et dans le sud-est, par rapport au reste de l’Angleterre ces derniers jours, indique le professeur de médecine Paul Hunter, de l’Université d’East Anglia, cité sur le site de Science Media CentreCette augmentation semble être causée par la nouvelle souche », a-t-il ajouté en se référant aux informations fournies par les autorités sanitaires. Pour autant, « rien n’indique pour le moment que cette nouvelle souche cause un taux de mortalité plus élevé ou qu’elle affecte les vaccins et les traitements, mais des travaux urgents sont en cours pour confirmer cela », ajoute Chris Whitty.

Un virus devenu plus infectieux

L’information « sur cette nouvelle souche est très préoccupante », selon le Pr Peter Openshaw, immunologiste à l’Imperial College de Londres, cité par Science Media Centre. Notamment parce qu’« elle semble de 40 % à 70 % plus transmissible »« C’est une très mauvaise nouvelle, renchérit le Pr John Edmunds, du London School of Hygiene & Tropical Medicine : Il semble que ce virus est largement plus infectieux que la souche précédente ».

Sur sa page Facebook, le généticien français Axel Kahn a rappelé qu’à ce jour, « 300.000 mutants de CoV-2 ont été séquencés dans le...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura