Covid-19: le Royaume-Uni impose de nouvelles restrictions aux frontières

·1 min de lecture

Même si les nouvelles contaminations sont désormais en nette baisse grâce au confinement, le Royaume-Uni donne un nouveau tour de vis en renforçant les mesures à ses frontières, pour ses ressortissants comme pour les voyageurs étrangers, avec l'objectif de se protéger des variants brésilien et sud-africain.

Avec notre correspondante à Londres, Claire Digiacomi

Déjà soumis à un confinement général, le Royaume-Uni durcit maintenant ses restrictions aux frontières. Les nouveaux cas quotidiens ne cessent de baisser depuis fin janvier, mais le pays ne veut pas gâcher ces efforts, et surtout pas ceux réalisés dans la campagne de vaccination.

De nouvelles règles entrent donc en vigueur dès le 15 février. La première : toutes les personnes arrivant sur le sol britannique devront se soumettre à deux tests PCR, au cours d'une période d'isolement obligatoire de dix jours.

Quarantaine sous surveillance

Une autre mesure, plus spectaculaire celle-ci : une quarantaine dans un hôtel, sous surveillance, imposée aux résidents britanniques ou irlandais arrivant d'une trentaine de pays jugés à risque. Le prix du séjour se monte à près de 2000 euros aux frais du voyageur.

L'objectif de ces nouvelles règles est de limiter l'arrivée au Royaume-Uni des variants brésilien et surtout sud-africain, susceptibles de résister aux vaccins. De lourdes sanctions sont prévues pour les contrevenants : plus de mille euros d'amende pour un test manquant, et même jusqu'à dix ans de prison pour ceux qui tenteraient de cacher qu'ils viennent d'un pays à risque.

► À lire aussi : Covid-19: le Royaume-Uni atteint son objectif de 15 millions de vaccinés