Covid-19 : le Royaume-Uni fait "un saut dans l'inconnu" en allongeant le délai entre les deux injections du vaccin, selon un infectiologue français

Fabien Magnenou
·1 min de lecture

Le Royaume-Uni a décidé d'allonger jusqu'à trois mois le délai entre les deux injections nécessaires des vaccins contre le Covid-19, alors que les protocoles établis par les différents laboratoires prévoient de trois à quatre semaines (respectivement pour le vaccin de Pfizer et BioNTech et pour celui d'AstraZeneca et l'université d'Oxford). Cette décision a été prise pour anticiper les éventuelles tensions d'approvisionnement et maintenir le rythme de la campagne vaccinale britannique. "Cette idée ne me serait pas venue à l'esprit", réagit Paul Loubet, médecin au service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Nîmes (Gard), qui rappelle l'importance de suivre les protocoles des essais cliniques.

Franceinfo : Différer l'injection de la seconde dose pour vacciner davantage de personnes, cela vous surprend ?

Paul Loubet : Le Royaume-Uni veut allonger le délai afin d'utiliser les secondes doses prévues pour réaliser une première injection à d'autres personnes. Cela ne veut pas dire que l'intérêt de la seconde dose est remis en cause, mais il est quand même étonnant d'utiliser un tel schéma vaccinal. C'est un saut dans l'inconnu car nous n'avons pas suffisamment de recul pour savoir si une seule dose est aussi efficace que deux, notamment en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi