Covid-19 : Royal accuse le gouvernement de "dérive autoritaire" et d'avoir "infantilisé les Français"

Robin Verner
·2 min de lecture

Ségolène Royal, qui a dit la semaine dernière ne pas exclure une nouvelle candidature à la présidentielle, était l'invitée de BFMTV-RMC ce lundi matin.

Ségolène Royal désapprouve nettement la tournure prise par la gestion de la lutte contre la diffusion du Covid-19 impulsée par l'exécutif. Celle qui, dans un récent entretien au Parisien, n'a "pas exclu" une seconde candidature à la présidentielle, a voulu ce lundi matin appeler le sommet de l'État à davantage de mansuétude vis-à-vis de la population mais aussi à s'écarter de tout "autoritarisme" dans son processus de décision.

Tandis qu'une nouvelle variante du Covid-19 est apparue au Royaume-Uni, les Français s'apprêtent à se retrouver en famille pour Noël. Et l'ancienne ministre de l'Écologie a incité le gouvernement à ne pas intensifier encore les contraintes autour de cet événement:

"On a suffisamment infantilisé les Français. C’est bon on a compris la distanciation, on a compris qu’on pouvait garder le masque au maximum, qu’on ne devait pas être très nombreux."

Un couvre-feu "absurde"

Elle a en revanche exprimé son incompréhension devant des "mesures incohérentes", comme l'instauration d'un couvre-feu à 20h. Elle a notamment dénoncé le rude coup porté à la restauration: "C’est absurde. On change à nouveau des règles – en touchant durement une profession – et on relâche dans la journée, les restaurateurs n’ont rien compris."

"On aurait dû maintenir les attestations. Il ne faut pas procéder à un changement permanent des règles sans étude d’impact", a-t-elle ajouté.

Une "dérive autoritaire"

La faute incombe selon elle à un exercice trop solitaire du pouvoir. "La France est le seul pays européen qui a inventé un Conseil de défense pour prendre des décisions secrètes sans en référer à personne, même pas au Parlement", a-t-elle posé.

"Ils sont dans une dérive autoritaire. Mais l’autoritarisme – la décision prise dans un cercle de pouvoir restreint qui n’a pas de légitimité démocratique - n’est pas une garantie d’efficacité et c'est un dysfonctionnement", a poursuivi Ségolène Royal.

"Il y a une forme d’immaturité et de méconnaissance des profondeurs de l’intelligence des Français, de leurs élus, des territoires", a-t-elle encore argué.

Enfin, interrogée par notre journaliste Apolline de Malherbe sur le dîner tenu à l'Elysée mercredi soir dernier entre Emmanuel Macron, le Premier ministre et les principaux leaders de la majorité, pour un total de douze convives, elle a affirmé: "Diriger un pays c’est gouverner par l’exemple. Je pense donc qu’il est préférable de s‘appliquer les mêmes règles".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu pourrait également vous intéresser :