Covid-19 : pas de réouverture des restaurants et bars pour tout de suite, selon Olivier Véran

·2 min de lecture

Le ministre de la Santé Olivier Véran a balayé vendredi sur BFMTV l'espoir d'une réouverture des bars et restaurants dans l'immédiat mais «souhaite vivement» qu'elle intervienne avant l'été. 

Si de nouveaux départements ont été placés sous «vigilance renforcée» à cause d'une circulation accrue du covid-19, le gouvernement a donné quelques raisons aux Français d'espérer un allégement des mesures dans un futur proche. Emmanuel Macron avait demandé le 1er mars dernier de tenir encore «4 à 6 semaines» à des jeunes qui lui demandaient de repousser le couvre-feu mis en place à 18 heures. «Le retour à une vie plus normale est en vue (...) peut-être dès la mi-avril», avait quant à lui déclaré quelques jours plus tard le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, en sortie du Conseil de défense.

A lire aussi :Covid-19: Santé publique France confirme la dégradation sanitaire avec des variants désormais majoritaires

Interrogé par Jean-Jacques Bourdin, Olivier Véran a assuré vendredi qu'il y avait «des raisons de penser et des raisons d'espérer» une perspective d'amélioration dans 4 à 6 semaines. Pour appuyer son propos, le ministre de la Santé a souligné que d'ici-là, une «grande partie des plus fragiles» aura été vaccinée et le printemps sera de retour. L'année dernière, cette saison avait rimé avec «une baisse de la circulation du virus» et le gouvernement compte que cela se reproduise cette année. «Nous ne faisons pas de prédiction, nous donnons aussi des perspectives aux Français», a-t-il ajouté.

"Nous rouvrirons les restaurants les midis ou les terrasses dès que nous le pourrons"

Ce retour progressif à la vie normale ne s'accompagnera pas dans l'immédiat avec une réouverture des restaurants et bars, fermés depuis octobre. «Rouvrir des bars et des restaurants au moment où nous disons aux Français que nous devons confiner des départements entiers le week-end ne me paraît pas raisonnable ni adapté. Nous(...)


Lire la suite sur Paris Match