Covid-19 : Roselyne Bachelot a eu peur de mourir

·2 min de lecture

Roselyne Bachelot est revenue au micro de Jean-Jacques Bourdin vendredi sur son expérience du Covid-19, qui l'a conduite à l'hôpital fin mars. 

Le 1er avril dernier, Roselyne Bachelot quittait l'hôpital après une semaine de traitement contre le Covid-19. Elle a repris le chemin du ministère de la Culture le 12 avril même si «ce n'est pas facile» tous les jours, a-t-elle confié au micro de Jean-Jacques Bourdin vendredi matin. «Les séquelles sont évidemment importantes, je les surmonte. Les gens qui ont été touchés par la maladie covidaire, et auxquels j'exprime ma solidarité, savent très bien que c'est une maladie qui va durer plusieurs mois et c'est une sorte de sinusoïde. Vous croyez que vous en êtes sorti, pendant 3, 4 jours vous n'avez plus de signes et puis tout d'un coup, la maladie revient, a-t-elle ajouté. Ça mettra plusieurs jours, peut-être plusieurs mois et ça il faut le savoir.»

"Tous les soirs je me dis 'Peut-être c'est le dernier soir'"

La ministre, qui espère une réouverture «progressive» des lieux de culture mi-mai, a également évoqué «le moment précis» où la peur de mourir l'a traversée quand elle souffrait du Covid-19. «On se dit que c'est le moment. Je suis quelqu'un qui essaye d'apprivoiser la mort au maximum. Tous les soirs je me dis "Peut-être c'est le dernier soir" et qu'on se dit "C'est le moment"», a-t-elle ajouté, visiblement émue.

La ministre de 74 ans a donné régulièrement des nouvelles de son état de santé sur son compte Twitter. Elle avait annoncé avoir été testée positive le 20 mars «à la suite de symptômes respiratoires». Elle avait ensuite été hospitalisée le 24 mars pour bénéficier «d’une oxygénothérapie renforcée». Son hospitalisation avait coïncidé avec celle de la ministre du Travail, Elisabeth Borne, également contaminée par le Covid-19.


Lire la suite sur Paris Match