Italie. Rome défile contre les fascismes

·1 min de lecture

Une semaine après l’attaque du siège du syndicat de gauche CGIL en marge d’un défilé anti-pass sanitaire, au moins 100 000 personnes se sont rassemblées sur une grande place de la capitale italienne pour signifier leur opposition au fascisme samedi 16 octobre.

Huit cent autocars venus de toute l’Italie, dix trains spéciaux et des vols venant des îles italiennes ont transporté des milliers de personnes dans la capitale pour un rassemblement antifasciste samedi 16 octobre. “Mai più fascismì, plus de fascismes : pour le travail, la participation, la démocratie”, tel est le slogan de la manifestation nationale organisée par les syndicats CGIL, la CISL et l’UIL sur la Piazza San Giovanni à Rome après l’assaut de samedi dernier contre le siège de la CGIL dirigé par les néo-fascistes de Forza Nuovalors d’un défilé anti-pass sanitaire, rapporte Il Sol 24 Ore.

“Ce n’est pas une manifestation partisane”, a déclaré Maurizio Landini, le secrétaire national du CGIL devant plus de 100 000 personnes (60 000 selon la police) et une ribambelle de ballons rouges, verts et bleus, la couleur des trois syndicats. “C’est une réponse qui parle d’elle-même, qui dit que toute l’Italie qui veut changer ce pays, qui veut en finir avec la violence politique. Mais aussi que nous voulons être protagonistes du changement économique,” a-t-il ajouté.

Comme ses confrères du CISL et de l’UIL avant lui, M. Landini a appelé à la dissolution des partis néo-fascistes. Il a aussi parlé de l’importance de l’éducation pour la jeunesse, des violences faites aux femmes, de la rafle du ghetto juif du 16 octobre 1943 et du droit du travail.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles