Covid-19 : risques d'hospitalisation fortement accrus avec le variant anglais

La variant britannique est-il plus virulent ? "Oui, malheureusement, maintenant on pense effectivement qu'il est plus virulent, c'est à dire qu'il risque davantage de provoquer des complications", explique Damien Mascret, médecin et journaliste pour France Télévisions, en duplex vendredi 26 mars pour le JT du 20 Heures. Une étude danoise montre ainsi que si l'on est testé positif au variant anglais plutôt qu'au variant historique, le risque d'hospitalisation est accru "de 64%", précise le médecin. Certains traitements résistent au variant anglais Les chiffres sont inquiétants. "C'est impressionnant, mais il faut quand même tenir compte de l'âge", ajoute le journaliste. Pour un homme de moins de 65 ans sans comorbidités, le "risque de base" passera de 0,09% à 0,14%. "Par contre, si vous avez 85 et au moins deux comorbidités, votre risque de base, qui avec le variant historique est déjà élevé, à 16%, va grimper à 24%". Quant aux traitements, comme les anticorps monoclonaux, ils "peuvent avoir des difficultés lorsque ces variants ont des mutations", à l'inverse des corticoïdes qui restent efficaces "quel que soit le variant", conclut Damien Mascret.