Covid-19 : que risquent les restaurateurs qui ouvrent leurs établissements malgré les interdictions ?

Valentine Pasquesoone
·1 min de lecture

L'un de leurs groupes Facebook, nommé "Mon restaurant ouvre le 1er février", rassemble désormais plus de 27 000 membres. Lundi 1er février, des restaurateurs à travers la France sont appelés à rouvrir leurs établissements, malgré l'interdiction qui leur est faite d'accueillir du public pour cause d'épidémie de Covid-19. Un mouvement initié par un restaurateur du Doubs, et déjà suivi par le gérant du restaurant Le Poppies à Nice (Alpes-Maritimes) mercredi dernier.

"C'est extrêmement dur pour les restaurateurs, moralement et économiquement", a convenu lundi sur RTL le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à l'heure où la fermeture des restaurants est actée au moins jusqu'à mi-février. Toutefois, "ça ne justifie en rien de ne pas respecter les règles, qui sont des règles sanitaires", a-t-il défendu. Quelles sanctions encourent ces restaurateurs en colère, en ouvrant de nouveau les portes de leurs établissements lundi ? Eléments de réponse.

De l'avertissement à la fermeture administrative

Sur le plan des sanctions administratives, maires et préfets peuvent intervenir en cas de réouverture illégale de restaurants. "Le maire a des pouvoirs généraux de police administrative, il est garant de la santé, de la sécurité et de la salubrité publique", explique à (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi