Covid-19: de riches Britanniques prêts à payer pour se faire vacciner en priorité

Fanny Rocher
·2 min de lecture
Une infirmière préparant une injection du vaccin de Pfizer-BioNTech à Epsom au Royaume-Uni. - Steve Parsons / Pool
Une infirmière préparant une injection du vaccin de Pfizer-BioNTech à Epsom au Royaume-Uni. - Steve Parsons / Pool

De riches britanniques sont prêts à débourser plusieurs milliers de livres pour avoir accès au vaccin anti-Covid-19 en priorité, via des cliniques privées, selon le Sunday Times.

"Quelqu'un m'a proposé 2000 livres en échange du vaccin", a confié à nos confrères le Dr Roshan Ravindran, propriétaire d'une clinique privée à Wilmslow, près de Manchester.

"Les pauvres et les riches ont tous été touchés et tous ont manqué de contrôle. (...) J'ai des gens immensément riches, qui feraient n'importe quoi parce que leurs parents sont décédés de la Covid", a-t-il détaillé.

Une privatisation de la vaccination à venir ?

Au Royaume-Uni, c'est le NHS, le système de santé publique, qui est en charge d'administrer les vaccins, gratuits pour la population. Pour le moment, comme en France, ce sont les personnes à risques qui sont vaccinées dans un premier temps, soit un tiers de la population.

En revanche, afin de soulager le système hospitalier et d'accélérer le processus, une privatisation de la vaccination pourrait se faire au printemps prochain. "Certains vont développer un vaccin que le gouvernement ne va pas acheter et vont inonder le marché. Toutes les entreprises pharmaceutiques essayent de développer leur propre vaccin", a expliqué Roshan Ravindran.

"Aucun moyen de contourner le système"

De son côté, Dr Neil Haughton, président de la Fédération des médecins indépendants, a exprimé son indignation face à cette tentative de passe-droit.

"Nous sommes dans une urgence nationale. Si certaines personnes pouvaient sauter la file d'attente en payant pour cela, il y aurait un tollé national. Nous sommes très clairs sur le fait qu'il n'y a absolument aucun moyen de contourner le système", a-t-il jugé.

Alors qu'une nouvelle souche du virus se propage rapidement, le Royaume-Uni a été le premier pays à approuver le vaccin Pfizer-BioNtech début décembre. Le vaccin Oxford-AstraZeneca, dont le Royaume-Uni a acheté 100 millions de doses, devrait être approuvé dans les prochains jours.

Article original publié sur BFMTV.com