Pyrénées-Orientales : couvre-feu à 23 heures pour les bars et restaurants

·1 min de lecture
Le port du masque sera obligatoire dès samedi.

Le port du masque est également obligatoire dans l'espace public, à l'exception des plages et des grands espaces naturels, jusqu'au 2 août.

Les Pyrénées-Orientales durcissent les restrictions. Le port du masque est désormais obligatoire dans l'espace public, sauf à la plage et dans les grands espaces naturels, dans toutes les communes des Pyrénées-Orientales jusqu'au lundi 2 août, en raison d'une très forte hausse des cas de Covid-19. La consommation de boissons alcoolisées est également interdite sur la voie publique et les espaces publics en dehors des restaurants et des bars, précise la préfecture dans un communiqué. Le taux d'incidence est passé de 12,7 pour 100 000 habitants le 2 juillet à 129,9 pour 100 000 habitants le 12 juillet dans le département.

Au lendemain de cette décision, la préfecture annonce, selon France Bleu, la fermeture obligatoire des bars, restaurants et établissements de plages à 23 heures. Cette mesure sera appliquée, elle aussi, au moins jusqu'au 2 août prochain. Les débits de boissons temporaires et épiceries de nuit sont également concernés.

À LIRE AUSSIDemorand Les aérosols au coeur de la lutte contre le Covid-19

« Croissance inquiétante » du virus dans la région

Le préfet Étienne Stoskopf a pris ces différents arrêtés afin de freiner la propagation du Covid-19, notamment du variant Delta, qui connaît depuis quelques jours « une croissance inquiétante ». « Ces mesures pourront être complétées en fonction de l'évolution des indicateurs sanitaires et de la tension sur le système hospitalier », ajoutent les services de l'État.

À LIRE AUSSICoignard Les faux amis de la [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles