Covid-19 : reportage dans une Chine au bord de l'implosion

CHINA DAILY VIA REUTERS

La politique sanitaire radicale est en train d’asphyxier Shanghai, le poumon économique du pays.

En ce chaud week-end de printemps, à Pékin, d’interminables files d’attente se dessinent dès 7 heures du matin devant les magasins : supermarchés, épiceries… tous sont pris d’assaut et dévalisés. Les rayons riz, œufs, fruits et alcools – surtout la bière et le baiju, l’eau-de-vie à base de riz ou de pomme de terre – sont particulièrement prisés. « Tout le monde achète des produits par peur que les stocks soient épuisés », nous explique Zhou Jiaxing, 54 ans, une Pékinoise mafflue et rubiconde. La semaine dernière, comme les 21 millions d’habitants de la capitale chinoise, Zhou Jiaxing a reçu un message l’avertissant qu’elle devait subir un test Covid. « J’ai eu de grosses gouttes de sueur. Je me suis dit : “Non ! Pas ce cauchemar qui revient” », explique cette employée de China Telecom qui, en juin, prendra sa retraite à 55 ans, l’âge légal en Chine pour les femmes.

Lire aussi:En images, Pékin, ville fantôme de 22 millions d’habitants

Cette campagne de tests massifs est la réponse à la découverte, dans la ville, de 50 cas quotidiens d’un variant d’Omicron, depuis dix jours. Seuil jugé intolérable en Chine. Ce vendredi, Pékin a bouclé des immeubles d’habitation et fermé des cinémas, des salles de sport, des centres commerciaux et même des écoles.
La raison d’une telle réaction ? La Chine et ses hiérarques sont épouvantés par ce qui se passe à Shanghai. La censure a beau être vigilante et les vidéos vite retirées, ces dernières ont le temps de circuler sur Weibo ou WeChat, les principaux réseaux sociaux, et de provoquer une peur bleue dans toute la République populaire.

Lire aussi:Shanghai : enquête au cœur de la parano covid

Car la perle de l’Orient n’a plus grand-chose à voir avec la « métropole mouchetée d’ancien(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles