Covid-19: pas de reconfinement en France, mais une accélération du rythme de vaccination

·2 min de lecture

Lors de la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement donnée jeudi soir, le Premier ministre Jean castex et le ministre de la Santé Olivier Véran ont fait un point sur la stratégie vaccinale française.

Emmanuel Macron l'a promis: tous les Français qui le souhaitent pourront être vaccinés d'ici la fin de l'été. Pour arriver à cet objectif, Jean Castex a annoncé une accélération de la stratégie vaccinale dans les prochains mois notamment auprès de trois publics : – les personnes âgées de plus de 75 ans – celles atteintes d'une pathologie grave et bien sûr les soignants.

Pour que tous ceux qui sont concernés reçoivent leur première injection, le Premier ministre a annoncé 1,7 million de rendez-vous supplémentaires ouverts dans les prochains jours. Et c'est avec le nouveau vaccin autorisé en France : celui d'AstraZeneca, « que nous pourrions atteindre l'objectif de 4 millions de personnes ayant reçu leur première injection » a spécifié Jean Castex.

À lire aussi : Macron assure que tous les Français qui le souhaitent seront vaccinés d'ici la fin de l'été

Un vaccin qui pourrait être administré dès samedi au personnel soignant et qui est beaucoup plus facile à conserver et à injecter que celui de Pfizer et Moderna. Il pourra être administré par des médecins traitants.

À ce jour, 1,6 million de Français sont déjà vaccinés, a rappelé Jean Castex, c'est plus que les objectifs fixés.

« Un nouveau confinement n'est pas justifié »

Le Premier Ministre a pointé une stabilité du nombre de contaminations mais il appelle à la vigilance, notamment parce que les variants circulent activement et qu'ils pourraient menacer l'équilibre aujourd'hui trouvé grâce au couvre-feu, aux nouvelles restrictions aux frontières et à la vaccination qui s'accélère. L'objectif du gouvernement c'est de tout mettre en oeuvre pour éviter un reconfinement.

À lire aussi : Covid-19: «En 2020, 100 000 cancers n'ont pas été diagnostiqués», déplore Axel Kahn