Covid-19 : reconfinement, couvre-feu, masque... Tour d'Europe des nouvelles restrictions

·8 min de lecture

Les pays d'Europe ont durci cette semaine les mesures face à une deuxième vague de l'épidémie de Covid-19, à coups de reconfinement et de couvre-feux. Plusieurs pays d'Europe de l'Est imposent à leur tour à partir de ce week-end de nouvelles restrictions dans la foulée du reste du continent.

Sur l'ensemble du continent européen, le nombre des infections dépasse les 8,2 millions, et plus de 258 000 personnes sont décédées du Covid-19. L'OMS a de nouveau tiré la sonnette d'alarme : "trop de pays" dans l'hémisphère nord enregistrent une progression exponentielle des cas. Face à cette deuxième vague qui déferle, de très nombreux pays européens ont pris de nouvelles mesures pour tenter d’endiguer l’épidémie de Covid-19.

  • Italie

Le Lazio, la région de Rome, et la Campanie, celle de Naples, ont instauré des couvre-feux à partir de vendredi. La Lombardie, où se situe Milan, avait déjà mis en place une mesure similaire jeudi. Par ailleurs, l'Italie, va ordonner la fermeture des cinémas, théâtres, salles de gym et piscines tandis que bars et restaurants devront cesser de servir après 18H00. Ces nouvelles mesures annoncées dimanche 25 octobre ont été adoptées après la publication du chiffre record de 20 000 nouvelles contaminations en 24 heures.

  • Belgique

En Belgique, les experts réclamaient "l'électrochoc" d'un reconfinement face à une situation sanitaire se dégradant rapidement, mais le gouvernement a limité vendredi les nouvelles restrictions anti-Covid aux sports et aux loisirs, laissant les commerces et les écoles ouvertes. Les autorités des cinq provinces de la Wallonie, la partie francophone, ont toutefois annoncé vendredi soir durcir les mesures décidées au niveau fédéral. Les autorités bruxelloises leur ont emboîté le pas en décidant également samedi d'avancer à 22H00 le couvre-feu imposé dans le pays et ont ordonné la fermeture des magasins à 20H00 et l'interdiction des activités culturelles et sportives à partir de lundi.

  • Allemagne

Le nombre de décès du Covid-19 a dépassé samedi le cap symbolique de 10 000 en Allemagne, conduisant la chancelière, Angela Merkel, à réitérer son appel à réduire au maximum les relations sociales pour freiner la contagion. Jusque-là épargné par la pandémie, le pays est frappé de plein fouet par la deuxième vague. Angela Merkel avait déjà solennellement demandé samedi dernier à ses concitoyens de "rester à la maison" autant que possible. Au total, ce sont 418 005 personnes qui y ont été infectées par le Covid-19 dans le pays, soit 14 714 de plus en moins de 24 heures, un nouveau record quotidien également, même si ce chiffre intègre des cas qui n'avaient pas été enregistrés la veille en raison d'une défaillance technique dans la transmission des données.

  • Autriche

L'Autriche a renforcé dès lundi ses mesures. Les rassemblements sont restreints à six personnes à l'intérieur et à douze personnes à l'extérieur. Près de 900 décès ont été recensés depuis l'apparition du virus.

  • Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d'Europe avec plus de 44 000 morts, le Pays de Galles (plus de 3 millions d'habitants) s'est reconfiné vendredi jusqu'au 9 novembre. Les commerces non essentiels seront fermés. En Angleterre, la moitié de la population, soit quelque 29 millions d'habitants, vit désormais sous des restrictions locales plus ou moins strictes. Manchester, dans le nord-ouest, est en alerte sanitaire maximale depuis vendredi matin. Ses 2,8 millions d'habitants ne peuvent plus se rencontrer entre différents foyers. Les bars et les pubs ne servant pas à manger sont fermés. La région du Yorkshire du Sud a également subi le même sort dans la nuit de vendredi à samedi.

  • Espagne

Le pays ibérique a officiellement dépassé le seuil du million de cas de coronavirus, mais le "nombre réel" de personnes infectées par le Covid-19 en Espagne depuis le début de la pandémie "dépasse les 3 millions", a affirmé vendredi le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez. Dans les heures qui ont précédé cette allocution, les présidents de plusieurs des dix-sept régions autonomes du pays avaient annoncé de nouvelles restrictions ou appelé le gouvernement central à imposer le couvre-feu. Les autorités régionales de Madrid ont ainsi annoncé l'interdiction à partir de samedi des réunions entre minuit et 6 heures du matin. Bars et restaurants devront fermer à minuit et n'auront plus le droit d'accepter de clients après 23 heures.

  • Portugal

Le port du masque dans la rue va devenir bientôt obligatoire au Portugal, confronté à une recrudescence de l'épidémie de coronavirus, a décidé vendredi le Parlement grâce aux voix des socialistes au pouvoir et de l'opposition de droite. Cette mesure, qui entrera en vigueur après sa ratification par le président conservateur, Marcelo Rebelo de Sousa, s'appliquera pendant une période de soixante-dix jours à l'issue de laquelle elle pourra être renouvelée. Dans le même temps, trois municipalités du nord du pays, soit 150 000 habitants, se sont reconfinées vendredi. Dans ces villes, les habitants ne pourront quitter leur domicile que pour aller travailler, se rendre à l'école, faire des courses ou s'acheter des médicaments. Le télétravail, s'il est possible, deviendra obligatoire et les commerces devront fermer à 22 heures.

  • Slovénie

La Slovénie a mis en place un couvre-feu dès mardi. Les 2 millions d'habitants de ce pays membre de l'Union européenne n'ont plus le droit de sortir entre 21 heures et 6 heures du matin, hors déplacements strictement nécessaires. Les rassemblements sont par ailleurs être limités à 6 personnes contre 10 auparavant et l'ensemble des déplacements entre les douze régions du pays interdits. Les restrictions touchent aussi les écoles : depuis lundi, seuls les élèves du niveau élémentaire sont autorisés à se rendre en classe, les plus âgés devant suivre les cours en ligne. La Slovénie, qui avait réussi à limiter les contaminations au printemps, est cette fois dépassée : le nombre des infections a doublé en une semaine et la capacité d'accueil des hôpitaux n'est plus suffisante pour soigner tous les patients.

  • Pologne

L'ensemble de la Pologne est passée samedi en "zone rouge", ce qui implique des restrictions sur l'ensemble du territoire face à une hausse record des contaminations au Covid-19. Ces mesures ont été annoncées vendredi alors que le pays de 38 millions d'habitants avait enregistré 13 632 nouveaux cas recensés en 24 heures. Les Polonais qui le peuvent sont désormais encouragés à travailler à distance et les écoles primaires sont partiellement fermées, n'accueillant que les trois premières années. Les restaurants, cafés et bars ne peuvent servir que de la nourriture à emporter. Les piscines et les clubs de sport sont fermés. Les rassemblements sont limités à cinq personnes, les mariages interdits, et le nombre de personnes strictement restreint dans les commerces, les transports et les églises. Le président polonais, Andrzej Duda, a par ailleurs été testé positif au Covid-19.

  • République tchèque

En République tchèque, un confinement partiel est instauré jusqu'au 3 novembre avec restrictions des déplacements et contacts, fermetures de tous les magasins et services non essentiels. L'épidémie de coronavirus a fait 1 845 morts pour 223 000 cas depuis mars, ce qui fait de la République tchèque le pays de l'UE le plus touché par rapport à sa population.

  • Slovaquie

Chez le voisin slovaque, où les contaminations repartent également à la hausse, le Premier ministre a annoncé jeudi la mise en place d'un couvre-feu partiel de 1 heures à 5 heures à partir de samedi. En journée, les déplacements seront restreints à certains cas particuliers.

  • Grèce

Les deux principales villes de Grèce, Athènes et Thessalonique, seront soumises à un couvre-feu nocturne à partir de samedi, et le masque y devient obligatoire à l'intérieur comme à l'extérieur, même si le pays suscite moins d'inquiétude que dans le reste de l'Europe.

  • Danemark

Le Danemark a annoncé un renforcement de ses mesures de restriction de rassemblements et l'extension du port du masque dès lundi. Pour faire face à la situation, la jauge des rassemblements, jusqu'alors fixée à 50, descendra à 10 personnes (sauf pour les événements sportifs où la limite est maintenue à 500 personnes) et pour quatre semaines. Les Danois sont également appelés à ne pas avoir plus de 10 personnes hors de leur foyer et de leur travail. Il sera aussi désormais obligatoire de se couvrir la bouche et le nez à partir de jeudi dans les lieux publics fermés, alors que les Danois étaient jusqu'à présent autorisés à s'en passer, sauf dans les transports en commun.

  • Suède

Moins stricte, la Suède, qui compte 5 930 décès liés au Covid-19 depuis le début de la pandémie, tente elle d'ajuster son approche. En début de semaine, de nouvelles mesures ont été introduites à Uppsala, ville universitaire à 70 kilomètres de la capitale Stockholm, confrontée à une recrudescence depuis la rentrée des étudiants au début de l'automne. Il est désormais conseillé aux habitants d'éviter les transports publics et les contacts physiques avec des personnes extérieures au foyer jusqu'au 3 novembre. À contre-courant du monde, la Suède reste l'un des seuls pays qui ne recommande pas le port du masque, l'autorité sanitaire le jugeant insuffisamment efficace.

Avec AFP