Covid-19 et eaux usées : 50% de variants anglais dans les eaux d'Ile-de-France

·1 min de lecture

La surveillance des eaux usées d'Ile-de-France par le réseau Obépine (voir ci-dessous) montre une augmentation de la présence du variant anglais du Covid-19 dans les eaux usées d'Ile-de-France. "Aujourd'hui, nous atteignons 50% de variant anglais sur l'ensemble du territoire francilien, sans différence notable selon les zones", indique, ce mercredi 3 mars, l'observatoire à France Bleu Paris.

Laurent Moulin, responsable Recherche et développement au laboratoire d'Eau de Paris précise bien que 50% de variant britannique dans les eaux usées ne veut pas dire qu'un habitant sur 2 est touché par ce variant. Mais cela donne "une tendance, une idée de l'évolution de l'épidémie. Au vu de nos analyses, on sait que les chiffres de contaminations ne vont pas baisser dans les prochains jours".

Un suivi possible en temps réel

La surveillance des eaux usées est utile car elle alerte sur l'augmentation de la circulation du virus avec 7 jours d'avance. Depuis le lundi 25 janvier, le réseau Obépine (Observatoire épidémiologique dans les eaux usées) donne accès, sur son site internet, aux indicateurs de la circulation du covid-19 dans une trentaine de stations d'épuration, sur les 150 qui sont suivies sur le territoire national. Les eaux usées reflètent en partie l'état de santé de la population et sont un indicateur avancé du stade de l'épidémie. C'est ce qui a incité l'Académie nationale de médecine à recommander, dès le mois de juillet dernier, qu'un suivi virologique (...)

Lire la suite sur Topsante.com

DIRECT. Covid-19, les chiffres en France ce 3 mars : 26 788 nouveaux cas, plus de 3 600 patients en réa
9 exercices avec des lestes pour rester tonique
Qu'est-ce que le DNP, cette substance mortelle utilisée pour brûler les graisses
Hydroxychloroquine : l'OMS la déconseille fortement en prévention
Acné sévère : un comité d'experts pour étudier les traitements à base d'isotrétinoïne