Covid-19 : quel est le rôle des voyages dans la propagation du virus ?

·2 min de lecture

Le variant Alpha a conquis le Royaume-Uni en un temps record grâce aux déplacements depuis Londres vers le reste du territoire, qui ont favorisé la dissémination du virus. Quelque chose de similaire à ce qu’arrive aujourd’hui avec Delta.

Si l'on cueille ce que l’on sème… avec Delta, la cueillette risque d’être abondante ! Le premier variant préoccupant, le fameux variant anglais aujourd’hui renommé Alpha, s’est répandu comme de la poudre au Royaume-Uni en novembre 2020, obligeant le gouvernement britannique à annuler Noël. Une propagation fulgurante due en partie aux mutations qui rendent ce variant plus contagieux que la souche traditionnelle du SARS-CoV-2. Mais aussi à cause d’un concours de circonstances qui ont favorisé la dispersion rapide du variant dans le territoire britannique (d’où il a sauté ensuite pour conquérir le reste de l’Europe). Des circonstances similaires à celles actuellement en place, qui pourraient expliquer en partie la progression ultra-rapide de Delta en France.

La fin du confinement a favorisé la dissémination d’Alpha

Suite à un début de vague épidémique à l’automne 2020, le gouvernement britannique a mis en place un confinement pour tenter de stopper l’épidémie. Avec des résultats positifs en apparence, mais qui cachaient les débuts de la propagation d’Alpha, qui a ensuite profité de la fin du confinement pour conquérir tout le pays en quelques semaines. Pour comprendre ce phénomène, la plus grande étude phylogéographique jamais faite (publiée le 22 juillet dans ) a combiné l’analyse de tous les génomes de SARS-CoV-2 recueillis au Royaume-Uni entre le 20 septembre et le 19 janvier 2021 (dont 17.716 séquences d’Alpha) avec toutes les données de PCR de cette période (460.510 cas positifs pour Alpha) et les données de mobilité des Britanniques. Montrant qu’Alpha a bénéficié d’une augmentation significative des voyages depuis Londres à la fin du confinement (qui ont augmenté de 55 millions par semaine à 75 millions). "Après le confinement, les voyages sont retournés à des niveaux similaires à ceux d’avant le confinement, ce qui semble avoir été suffisant pour que les personnes de Londres, où Alpha était déjà bien établi, sèment le variant dans le reste du territoire", nous expliq[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles