Covid-19 : quel rôle jouent les vaccinodromes en Allemagne, Belgique, États-Unis et Cisjordanie ?

franceinfo, Ludovic Piedtenu, Grégory Philipps
·1 min de lecture

"Vacciner, vacciner et vacciner", a dit Emmanuel Macron mercredi 31 mars. Accélérer la campagne de vaccination contre le Covid-19 est l'objectif désormais prioritaire de la France et l'un des symboles est l'ouverture de 38 vaccinodromes. Ces centres géants pourront accueillir 1 000 à 2 000 personnes par jour. Le stade Vélodrome à Marseille, le Stade de France, le marché de Rungis, Eurodisney. De tels centres existent-ils ailleurs, sont-ils efficaces ? Nous vous emmenons cette semaine à Berlin, Bruxelles, Washington et Ramallah, avec des centres ouverts ou fermés ou inexistants.

En Allemagne, une campagne très prudente

Direction d'abord Berlin, devant l'ancien aéroport de Tempelhof. C'est l'un des 440 vaccinodromes répartis un peu partout en Allemagne. Mais ce n'est pas la solution miracle, car encore faut-il avoir des doses pour vacciner. Et avec AstraZeneca, ça patine. La vaccination en Allemagne avance désormais plus lentement qu'en France. Ce centre berlinois est uniquement dédié à l'injection du vaccin suédo-britannique et le mois de mars a été difficile. Un vent de panique a soufflé sur l'Europe avec la suspension de l'utilisation des doses d'AstraZeneca. Le centre de Tempelhof a été à l'arrêt pendant plusieurs jours. Et puis cette semaine, nouvelle fermeture après de nouveaux cas de thrombose. Le gouvernement allemand a décidé de n'autoriser ce vaccin que pour les plus de 60 ans. Résultat, le parking est vide.

>>> Vaccination contre le Covid-19 : en Allemagne, un (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi