Covid-19 : la réticence aux vaccins est-elle spécifique à la France?

·1 min de lecture

Frédéric Munier et Rodolphe Desbordes, professeurs de géopolitique et d'économie à SKEMA Business School, analysent dans cet article la réticence française à la vaccination.

Durant la pandémie de Covid-19, le pays de Pasteur a fait montre d'une particularité : celle d'être rétif à la vaccination. Et si cette défiance n'était pas seulement le symptôme d'une pathologie française mais, plus largement, celui des pays riches? Alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 bat son plein, les médias se sont fait l'écho de "l'exception française" en la matière. Très récemment, un article du Lancet a confirmé le fait que la France était l'un des pays du monde parmi les plus défiants à l'égard des vaccins. Il montre que, selon une majorité de nos concitoyens, les vaccins sont considérés comme peu sûrs, peu importants et, plus étonnant encore, peu efficaces.

Une autre représentation, issue d'une étude Gallup de 2018 permet de mieux cerner l'exceptionnalité française à l'échelle mondiale. Un tiers des Français estime que les vaccins ne sont pas sûrs, 19% d'entre eux doutent de leur efficacité, un double jugement absolument atypique si on le compare à celui des pays voisins d'une part, au reste du monde d'autre part. Il est intéressant de noter que la défiance est largement partagée par les Français quel que soit leur genre, leur niveau d'études, leur lieu de vie…

Pourtant, la singularité française ne s'arrête pas là. En effet, une étude attentive des chiffres révèle une autre spécificité nationale : la France se caractérise par une proportion extrêmement élevée (environ 60%) de personnes sans opinion sur l'efficacité des vaccins, leur importance et...

Lire la suite sur LeJDD

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles