Vaccin Pfizer-BioNTech : rififi en Europe sur le partage des doses

Source AFP
·1 min de lecture
La proposition de compromis prévoyait une répartition au prorata de la population pour 7 millions de doses et de réserver 3 millions de doses pour les cinq pays en difficulté.
La proposition de compromis prévoyait une répartition au prorata de la population pour 7 millions de doses et de réserver 3 millions de doses pour les cinq pays en difficulté.

La répartition de dix millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech a provoqué des remous au sein de l'Union européenne jeudi 1er avril. En cause notamment, le refus de l'Autriche, la Slovénie et la République tchèque d'aider cinq autres pays de l'Union en difficulté. Un accord a finalement été trouvé en fin de journée « sur une solution ponctuelle » : celui-ci « permet une expression significative de la solidarité par la distribution de près de 3 millions de vaccins aux États membres qui en ont le plus besoin », a annoncé la présidence portugaise de l'UE.

Trois pays, l'Autriche, la Slovénie et la République tchèque, ont exigé et vont recevoir leur prorata des 10 millions de vaccins, précise le communiqué. Dix-neuf pays ont en revanche accepté de témoigner leur solidarité avec la Bulgarie, la Croatie, l'Estonie, la Lettonie et la Slovaquie. Ces cinq pays vont recevoir leur prorata des 10 millions de vaccins et vont se partager 2 854 654 doses accordées par leurs partenaires. L'Allemagne, la Belgique, Chypre, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Irlande, l'Italie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la Roumanie et la Suède vont quant à eux se partager 6,66 millions de doses du vaccin.

Certains dirigeants européens accusés d'égoïsme

La proposition de compromis soumise aux États membres par le Portugal prévoyait une répartition au prorata de la population pour 7 millions de doses et de réserv [...] Lire la suite