Covid-19 : "Qu'il y ait une augmentation de la souffrance mentale, c'est absolument indéniable"

·1 min de lecture

"L'après-Covid sera psychiatrique", alertait en juin dans le JDD la psychiatre Marion Leboyer, directrice des départements universitaires de psychiatrie des hôpitaux Henri-Mondor à Créteil (Val-Marne). C'était avant la deuxième vague de Covid-19. Selon le dernier point épidémiologique de Santé publique France, publié ce jeudi, "la santé mentale des Français s'est significativement dégradée entre fin septembre et début novembre avec une augmentation importante des états dépressifs pour l'ensemble de la population". Dans cette vague 17 (du 4 au 6 novembre), le nombre de personnes déclarant un état dépressif atteint 20,6%, contre 15,5% lors de la vague 16 (du 19 au 21 octobre) et de 10, 9% lors la vague 15 (du 21 au 23 septembre). Soit une hausse de près de 10 points en un mois et demi. "C'est logique. Il y a une réalité pas très agréable à vivre et qui commence à peser sur les gens", réagit auprès du JDD le président de l'Association française de psychiatrie (AFP), Maurice Bensoussan.

Prévalences et évolutions des indicateurs de santé mentale et des problèmes de sommeil.
Prévalences et évolutions des indicateurs de santé mentale et des problèmes de sommeil.

Prévalences et évolutions des indicateurs de santé mentale et des problèmes de sommeil.

(Enquête CoviPrev) ...
Retrouvez cet article sur LeJDD