Covid-19 : quels sont les variants préoccupants qui se propagent en France ?

·2 min de lecture

Le variant B.1.1.7, détecté en Angleterre en 2020, reste majoritaire en France, mais ne progresse plus, alors que d’autres variants plus inquiétants se répandent à bas bruit et ensemble comptent déjà pour plus de 10 % des cas. Décryptage.

Condamnés à répéter l’histoire ? En janvier 2021, le couvre-feu instauré après le deuxième confinement semblait efficace pour stopper la progression du virus SARS-CoV-2, qui n’augmentait plus, voire diminuait. Mais un variant venu d’outre-Manche commençait à se multiplier malgré ces restrictions. D’abord à , sa progression devient de plus en plus rapide, jusqu’à remplacer la souche classique en mars, causant la troisième vague de l’épidémie dans l’Hexagone. Aujourd’hui, des mesures comme le troisième confinement et le couvre-feu (ou 20I/501Y.V1), qui stagne depuis, représentant autour de 80 % des cas détectés en France. Cependant, un groupe d’autres variants paraît se moquer de ces restrictions et augmente lentement, mais sûrement. Des variants encore plus inquiétants que le variant "anglais", car ils pourraient échapper partiellement à l’immunité acquise par une infection précédente ou par la vaccination. Pour faire le point sur cette situation potentiellement risquée, Santé publique France et le Centre national de référence des virus des infections respiratoires ont réalisé une , publiée le 21 mai 2021. Décryptage de Sciences et Avenir.

Une menace à plusieurs visages

Selon le document, il existe aujourd’hui 20 variants potentiellement dangereux en plus du variant "anglais", dont neuf se retrouvent actuellement dans le territoire français. Quatre de ces variants sont considérés comme préoccupants, car leur plus grande contagiosité a déjà été démontrée en Afrique du Sud (20H/501Y.V2), au Brésil (20J/501Y.V3), en Inde (20A/452R), et au Royaume-Uni (20I/484K ou 20I/484Q, variants du variant anglais originel, dont le dernier est le responsable du ). De plus, ces quatre variants comportent des mutations qui les permettent d’échapper partiellement aux anticorps, mettant en péril même les personnes vaccinées (qui peuvent en être protégées mais moins que contre les souches classiques ou le variant anglais originel). Ensemble, ces quatre variants préoccupants comptaient p[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles