Covid-19 : quels sont les risques d'un troisième confinement pour l'économie française ?

Contrairement aux informations qui circulaient depuis plusieurs jours, Emmanuel Macron ne s’exprimera pas mercredi 27 janvier au soir, à l’issue du Conseil de défense, comme l’a annoncé l’Élysée lundi. Beaucoup de Français s’attendaient en effet à ce que le chef de l’État annonce à cette occasion un troisième confinement. Toutefois, la mesure coûterait cher à l’économie française. En 2020, le gouvernement a d’ailleurs testé plusieurs formules. Une chute du PIB de 31% lors du premier confinement La plus restrictive a été mise en place avec le premier confinement. Pendant huit semaines, les écoles sont restées fermées, comme tous les commerces jugés non-essentiels. Une attestation était alors obligatoire pour se déplacer une heure par jour. Cinq mois plus tard, le nouveau confinement a été moins drastique. Les écoles sont restées cette fois ouvertes. Les visites dans les Ehpad ont été autorisées et les limites de déplacement se sont allégées peu à peu. Résultat, après les deux confinements, le nombre de personnes hospitalisées en raison d’une infection au Covid-19 a chuté, mais dans une moindre mesure à l’automne. Sur le plan économique, sans surprise, plus les restrictions sont sévères, plus l’activité déraille : le PIB a chuté de 31% pendant le premier confinement et de 12% lors du deuxième.