Covid-19 : dans quels cas le vaccin est-il contre-indiqué ?

·2 min de lecture
Il existe trois contre-indications médicales à la vaccination contre le Covid-19, et la grossesse n'en fait pas partie.

Selon Olivier Véran, plusieurs centaines de Français sont concernés par les trois contre-indications à la vaccination contre le Covid-19. Quelles sont-elles ? 

Il existe trois situations de contre-indication pour les vaccins contre le Covid-19. Alors que la question se posait depuis plusieurs semaines, voire depuis plusieurs mois, Olivier Véran a annoncé le 20 juillet dernier que les femmes enceintes, pour qui la vaccination était jusqu'alors déconseillée à cause d'un manque de données, peuvent bien se faire vacciner contre le Covid-19 dès le premier trimestre de grossesse. Le ministre de la Santé en a profité pour donner la liste très restreinte de contre-indications médicales au vaccin. 

Il n'existe qu'un seul type d'allergie qui peut potentiellement vous empêcher de vous faire vacciner. Il s'agit d'une allergie à l'un des composants du vaccin, le polyéthylène glycol (PEG). N'importe quelle autre allergie, qu'elle soit respiratoire, alimentaire ou médicamenteuse, ne fait partie des contre-indication à la vaccination contre le coronavirus. Pour les patients qui ont par le passé "fait une réaction sévère vis-à-vis d'un vaccin, d'un médicament, d'un antibiotique injectable, ou d'un médicament injectable", Frédéric de Blay, président de la Fédération Française d'Allergologie interrogé par RTL, indique qu'il est préférable de consulter un allergologue avant la vaccination.

Les personnes atteintes d'une maladie inflammatoire systémique

Si un seul type d'allergie est une contre-indication à la vaccination, une maladie bien précise en est également une. Il s'agit du syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (ou syndrome PIMS), une complication très rare reconnue comme un syndrome post-Covid qui a touché certains enfants et adolescents. Entre le 1er mars 2020 et le 25 juillet 2021, Santé Publique France a recensé 631 cas de syndrome PIMS, dont 556 en lien avec le Covid-19.

La dernière contre-indication avancée par les autorités sanitaires concerne les personnes ayant fait des réactions type myocardite, péricardite et hépatite sévère ayant nécessité une hospitalisation après une première injection d'un vaccin ARNm.

Olivier Véran a ainsi précisé devant l'Assemblée nationale que c'est uniquement "sur cette base-là que des certificats médicaux en bonne et due forme peuvent être reconnus comme des contre-indications et non pas sur un simple avis médical ou pharmaceutique avec des antécédents allergiques."

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles