Covid-19 : ce que l'on sait de la fluvoxamine, présentée comme un traitement potentiel

·4 min de lecture
Photo d'illustration

Une étude a été lancée pour évaluer l'efficacité de cet antidépresseur comme traitement préventif face au Covid. Les premiers résultats ont été publiés.

Plusieurs médicaments existant suscitent de l'espoir dans la lutte contre le Covid-19. Il y a eu la chloroquine, habituellement utilisée contre le paludisme, l'ivermectine, normalement prescrite contre la gale, le sirop Virapic, ou encore un spray nasal à l'eau salée. Finalement, aucun de ces médicaments n'a prouvé son efficacité face au Covid-19.

C'est désormais la fluvoxamine qui suscite de l'espoir comme traitement préventif, et qui fait l'objet d'essais cliniques pour évaluer une possible efficacité contre le Covid-19. Cette molécule, utilisée comme antidépresseur ou face au Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC) est testée dans le cadre de l'essai clinique Together au Canada. 739 personnes ont été traitées à la fluvoxamine et 733 ont reçu un placebo.

Pas d'effet important sur la mortalité ou la réanimation

Des résultats publiés dans une prépublication, ce qui signifie qu'ils sont soumis à validation avant d'être publiés, et décryptés par plusieurs professionnels dont Mathieu Molimard, chef de service de pharmacologie médicale du CHU de Bordeaux.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les premiers résultats, disponibles en ligne ne sont pas totalement convaincants. Les résultats montrent que la fluvoxamine n'a pas d'effet notable sur la mortalité ou sur le passage en réanimation.

Si dans un premier temps les résultats affichés démontrent une réduction relative d'environ 30 % des visites aux urgences/hospitalisations, ces résultats sont tirés par le critère du nombre de passages supérieurs 6h aux urgences. Seuls 0,8% des patients traités à la fluvoxamine ont passé au moins 6 heures aux urgences, contre 4,1% du groupe placebo.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans le détail, les résultats ne montrent pas un effet important. Ainsi, la mortalité est de 2,3% chez les patients traités à la fluvoxamine, et de 3,3% dans le groupe placebo. Concernant le passage en réanimation, les patients traités à la fluvoxamine y ont passé 7 jours en moyenne contre 6,5 dans le groupe placebo.

Un effet sur les séjours longs aux urgences

L'effet comme médicament préventif face à l'hospitalisation reste également très marginal. 10% des patients traités à la fluvoxamine ont été hospitalisés pour Covid, 7 jours en moyenne et 12,3% du groupe placebo ont été admis à l'hôpital, durant 6 jours en moyenne.

S'ils sont moins nombreux à rester longtemps aux urgences, l'admission dans ce service se fait plus rapidement chez les patients traités à la fluvoxamine (au bout de 5,5 jours) que dans le groupe placebo (6 jours).

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un médicament très peu cher

S'ils sont moins nombreux à rester longtemps aux urgences, l'admission dans ce service se fait plus rapidement chez les patients traités à la fluvoxamine (au bout de 5,5 jours) que dans le groupe placebo (6 jours).

La fluvoxamine est un médicament générique très peu cher, qui pourrait donc être produite en grande quantité. Son efficacité aurait présenté un avantage certain pour les pays où la vaccination est peu avancée. Reste à connaître les résultats définitifs de l'étude, alors que ceux évoqués ici ne sont qu'une pré-publication.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles